L'école d'entrepreneuriat de Québec veut faire des petits

Le directeur de l'École d'entrepreneuriat de Québec, Carol...

Agrandir

Le directeur de l'École d'entrepreneuriat de Québec, Carol Gilbert, et la directrice générale du Cégep Garneau, Denise Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mise en orbite il y a à peine 18 mois, l'École d'entrepreneuriat de Québec cherche déjà à essaimer un peu partout dans la Belle Province.

«À partir du concept de franchises et avec l'appui de la Caisse de dépôt et placement du Québec, nous souhaitons exporter notre modèle dans toutes les régions», a déclaré, jeudi, la directrice générale du Cégep Garneau, Denise Trudeau, à l'occasion de l'inauguration des nouveaux locaux de l'École d'entrepreneuriat de Québec dans le pavillon Simonne-Monet-Chartrand de la maison d'enseignement du boulevard de l'Entente à Québec.

Des pourparlers sont déjà en cours avec d'autres établissements du réseau collégial. Une entente pourrait même être signée très bientôt, a laissé entendre Mme Trudeau.

C'est en prêtant une oreille attentive aux constats du milieu des affaires et des entreprises de Québec et du Québec sur l'absence généralisée de relève entrepreneuriale que le Cégep Garneau a décidé de créer l'École d'entrepreneuriat du Québec.

«Le monde des affaires a sonné la cloche, nous avons levé la main et fait ce que nous savons faire le mieux, soit de fonder une école», a résumé la directrice générale.

L'École d'entrepreneuriat de Québec ne reçoit pas un sou du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. Le secteur privé prend la relève et sort l'argent de ses goussets. 

Avec la collaboration de la Fondation du Cégep Garneau, l'École d'entrepreneuriat de Québec parvient à autofinancer ses opérations qui s'élèvent à 350 000 $ par année. D'ailleurs, l'aménagement des nouveaux quartiers de l'école - un investissement de 3 millions $ - a été entièrement financé grâce à une campagne de souscription de la Fondation du Cégep Garneau.

Avoir une bonne idée

Toute personne qui a une bonne idée peut la faire germer à l'École d'entrepreneuriat de Québec.

Les droits de scolarité des aspirants entrepreneurs sont de 10 000 $. 

Il est toutefois important de préciser qu'ils reçoivent tous une bourse de 5000 $. 

L'école leur donne également un ordinateur portable et leur présente un «portefeuille» de services comptables, juridiques et de marketing d'une valeur de 4000 $.

Les aspirants entrepreneurs font leurs classes pendant six mois à l'École d'entrepreneuriat de Québec. Ils peuvent ensuite profiter des installations de 12 à 15 mois pour faire pousser leur entreprise naissante.

En plus des programmes de création et d'incubation d'entreprises, l'école dirigée par Carol Gilbert propose de la formation pour les entrepreneurs plus aguerris qui veulent faire progresser leur compagnie de manière plus structurée et en parfaite cohérence avec la réalité des marchés. 

Elle ouvrira également ses portes, à compter de l'hiver 2017, à ceux et celles qui désirent développer leurs compétences afin de devenir des releveurs d'entreprises.

Présent à l'inauguration, le ministre responsable de la région de Québec, François Blais, a applaudi l'initiative prise par le Cégep Garneau, qui n'a pas hésité à sortir des sentiers battus et des «cadres» normaux du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur pour répondre aux besoins exprimés par les milieux d'affaires.

Pour savoir davantage sur l'École d'entrepreneuriat de Québec : www.ecoleentrepreneuriat.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer