Commission scolaire des Navigateurs: une crise politique bloque l'adoption du budget

Alors qu'ils devaient adopter le budget pour l'année scolaire à venir, une... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors qu'ils devaient adopter le budget pour l'année scolaire à venir, une majorité de commissaires a décidé de quitter la salle du conseil de la commission scolaire des Navigateurs mardi soir à Lévis, mettant fin abruptement à la séance.

Le conflit ouvert qui oppose des commissaires au président de la commission scolaire François Caron s'est envenimé à un point tel que les affaires courantes de la commission scolaire en sont maintenant affectées. 

Les contribuables de la Rive-Sud de Québec n'auront pas pu apprendre mardi soir le montant de taxe scolaire qu'ils devront payer cette année. Et les administrateurs n'auront pas pu faire approuver leurs dépenses. 

«À la suite de l'invitation d'une commissaire, une majorité de commissaires a décidé de quitter la salle du conseil. Comme il n'y avait plus quorum, la séance a évidemment dû être annulée», a indiqué Louise Boisvert, porte-parole de la commission scolaire, par courriel mardi soir. 

L'administration ne sait maintenant pas comment composer avec cette situation, qui paralyse ses activités. «Pour nous, il s'agit d'une première et nous devrons nous enquérir auprès du MEES (ministère de l'Éducation) des démarches possibles pour parvenir à l'adoption du budget», indique Mme Boisvert. 

Une crise politique couve depuis plusieurs mois dans cette commission scolaire. Presque à chaque séance, des commissaires demandent la démission du président François Caron, mais celui-ci refuse de quitter ses fonctions, invoquant les coûts reliés à l'élection d'un président. 

Le différend a pris naissance au début de l'année 2016. M. Caron avait préparé un mémoire sur le projet de loi 86, projet de loi qui voulait entre autres abolir les élections scolaires, mais qui a depuis été mis au rancart par le gouvernement Couillard. Le contenu de ce mémoire n'avait jamais obtenu l'aval des autres commissaires, et depuis, lien de confiance entre le président et plusieurs membres du conseil des commissaires s'est rompu. 

Des commissaires avaient demandé en mai au ministre de l'Éducation Sébastien Proulx d'intervenir pour régler le conflit, ce qu'il avait refusé de faire, leur demandant de prendre leurs responsabilités d'élus.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer