La maternelle 4 ans divise les Québécois

En septembre, 100 nouvelles classes de maternelle 4... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

En septembre, 100 nouvelles classes de maternelle 4 ans ouvriront leurs portes à travers le Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que le ministère de l'Éducation investit pour ouvrir des classes de maternelle 4 ans, moins d'un Québécois sur deux croit que le gouvernement devrait suivre cette voie.

C'est ce qui ressort d'un sondage Léger commandé par l'Observatoire des tout-petits. Réalisé auprès de 1500 adultes entre le 12 et le 26 juillet, le sondage démontre que 48 % des Québécois sont d'accord avec des classes de maternelle offertes aux enfants de 4 ans. Dans la région métropolitaine de Québec, ce taux baisse à 45 %. 

Les répondants penchent davantage pour un investissement dans les services de garde à la petite enfance. Soixante-dix-sept pour cent des Québécois croient que le gouvernement devrait y mettre davantage d'argent, alors que la proportion est de 72 % dans la région de Québec. 

«La maternelle 4 ans, c'est la mesure de notre sondage où les opinions sont les plus partagées», souligne Fannie Dagenais, directrice de l'Observatoire des tout-petits. 

Le Parti libéral a toutefois dans ses cartons le projet de déployer des classes de maternelle 4 ans partout au Québec d'ici 2025. En septembre, 100 nouvelles classes ouvriront leurs portes. 

«En général toutefois, on constate que les Québécois sont préoccupés par les services aux jeunes enfants. Ils sont largement d'accord à ce qu'il y ait plus d'activités gratuites pour les familles dans les municipalités et à un dépistage précoce des problématiques», souligne Mme Dagenais. 

Créé par la Fondation Chagnon au printemps dernier, l'Observatoire des tout-petits indique qu'un enfant sur quatre au Québec est vulnérable sur au moins un plan de son développement (physique, affectif, cognitif ou autre) lorsqu'il entre à la maternelle. «Les études montrent que cette vulnérabilité, au départ du parcours scolaire, peut avoir un effet domino jusqu'à l'âge de 22 ans», ajoute Mme Dagenais.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer