Rentrée perturbée aux cégeps de Sainte-Foy et de Lévis-Lauzon

Des professionnels seront en grève lundi avant-midi, perturbant... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Des professionnels seront en grève lundi avant-midi, perturbant la rentrée des étudiants d'une quinzaine de cégeps au Québec.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des professionnels seront en grève lundi avant-midi, perturbant la rentrée des étudiants d'une quinzaine de cégeps au Québec, dont ceux de Sainte-Foy et de Lévis-Lauzon.

Le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a annoncé jeudi que ses 700 membres travaillant dans les cégeps érigeront des piquets de grève le 22 août, entre 8h et 11h30.

Les cégeps de Sainte-Foy, de Lévis-Lauzon et de Thetford Mines ont décidé de suspendre tous leurs cours et activités, qui reprendront sur le coup de midi. «Le cégep va toutefois demeurer ouvert et accessible à tous en avant-midi», indique Carole Lavoie, directrice du Cégep de Sainte-Foy, qui dit avoir obtenu une entente avec le syndicat à cet égard.

Accueil des étudiants

Même si les professionnels, comme les conseillers en orientation, les conseillers pédagogiques, les psychologues, les bibliothécaires ou les informaticiens, n'enseignent pas à proprement parler, le Cégep de Sainte-Foy préférait annuler les cours et faire l'accueil des étudiants en leur présence en après-midi. «C'était important pour nous, question d'éviter un stress à nos jeunes, surtout ceux qui proviennent du secondaire», soutient Mme Lavoie.

Au Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, une entente est intervenue entre la direction et le syndicat. Les étudiants pourront assister à leurs cours en avant-midi, mais les syndiqués auront l'occasion de se faire entendre.

«On veut lancer un message au gouvernement. On demande à la ministre [Hélène] David d'intercéder auprès du ministre [Carlos] Leitão pour faire bouger les choses au Conseil du trésor», lance Richard Perron, président du SPGQ, en entrevue téléphonique. Selon lui, une «mise à niveau salariale» s'impose.

M. Perron explique par exemple que les conseillers pédagogiques, qui sont souvent des professeurs d'expérience, ont moins de vacances et gagneront bientôt moins que les enseignants. «Il en va de la capacité des cégeps à recruter de l'expertise», souligne-t-il.

Les membres du SPGQ, qui ne faisaient pas partie du front commun d'employés qui se sont entendus avec le gouvernement à la fin de l'année 2015, sont sans convention collective depuis plus de 500 jours.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer