PQ et CAQ doutent des intentions libérales sur l'école de 4 à 18 ans

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx... (Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx

Archives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec accusent le gouvernement libéral d'«improviser» en éducation et de ne pas avoir de réelle intention d'offrir l'école de 4 à 18 ans.

«Le premier ministre du Québec n'arrivera pas à se draper de la vertu de l'éducation après toutes les coupes qu'il a faites», a lancé Alexandre Cloutier, porte-parole en éducation du Parti québécois. «Ils n'ont plus aucune crédibilité en éducation!» a pour sa part lancé le caquiste Jean-François Roberge.

Tout en espérant «vivement» une politique sur la réussite scolaire, M. Cloutier presse le gouvernement de poser des gestes concrets, soit d'injecter de l'argent dans le réseau. Selon lui, le mea-culpa que Philippe Couillard a fait lors du congrès du Parti libéral en fin de semaine ne réussira pas à faire «oublier les deux dernières années». Des années où le gouvernement a annoncé qu'il allait abolir les élections scolaires et réformer les commissions scolaires, avant de changer d'idée pour tout miser sur la réussite scolaire. Les libéraux veulent maintenant offrir progressivement la maternelle à 4 ans à tous les Québécois et rendre l'école, ou le processus d'apprentissage, obligatoire jusqu'à 18 ans.

Des «ballons»

«Combien ça coûte et qui paye?» a martelé le député Cloutier au sujet de la maternelle à 4 ans, sans obtenir de réponse précise du ministre Proulx. «En réalité, c'est des ballons, c'est pas prévu au budget!» a-t-il ajouté. 

M. Roberge croit quant à lui que le gouvernement a fait toute une «volte-face» en fin de semaine, après avoir voté contre deux motions de la CAQ en avril, qui proposaient la maternelle à 4 ans et l'école obligatoire jusqu'à 18 ans. «Moi, je dis aux Québécois : laissez-vous pas endormir [...] Malheureusement, le Parti libéral ne le fera pas», croit-il. 

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, s'est quant à lui défendu en affirmant qu'il aurait une meilleure idée de la mécanique, de comment il allait implanter toutes ces nouvelles mesures après une grande consultation publique, qui aura lieu à l'automne. «Il est pas question de travailler en vase clos», a-t-il promis. 

Conscient «qu'il y aura des vents contraires» sur les mesures qu'il a annoncées, dont la création d'un Ordre professionnel des enseignants, le ministre Proulx demande toutefois à tous les groupes de préparer des solutions concrètes, dans l'intérêt des élèves. Même s'il est convaincu de pouvoir poser quelques gestes d'ici deux ans «pour faire bouger l'aiguille de la diplomation», il dit ne pas proposer une «réforme tous azimuts».

Histoire : une question de «cohérence»

Même si le projet-pilote du nouveau cours d'histoire au secondaire se passe très bien, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, s'est défendu lundi de retarder l'implantation dans toutes les écoles. Comme ce cours se donne de façon chronologique sur deux ans, soit en troisième et en quatrième secondaire, il lui apparaissait plus sage que le projet-pilote soit terminé en quatrième secondaire (ce qui sera fait au printemps 2017), avant de rendre le cours obligatoire pour tous, à la rentrée 2017. Pour lui, le fait que le nouveau cours d'histoire ne soit pas encore offert partout n'est qu'une question de «cohérence». Il a assuré lundi qu'il accordait «une importance très grande à l'histoire» et qu'il ne s'était pas ingéré dans le contenu du cours.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer