Proulx ouvert à la maternelle à 4 ans, réticent à l'école jusqu'à 18 ans

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx est ouvert à l'idée de la Coalition... (Archives La Presse, Alain Roberge)

Agrandir

Archives La Presse, Alain Roberge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx est ouvert à l'idée de la Coalition avenir Québec (CAQ) de proposer la maternelle à 4 ans pour tous, mais plus réticent à rendre l'école obligatoire jusqu'à l'âge de 18 ans.

M. Proulx a réagi la proposition faite par la CAQ en marge d'une annonce au Cégep de Sainte-Foy mardi. Sans s'engager à les rendre accessibles pour tous, le ministre Proulx soutient que le gouvernement libéral est «déjà en mouvement» pour ce qui est des maternelles 4 ans. Il a rappelé que son gouvernement a créé 85 classes depuis 2013, toutes situées en milieu défavorisé. Il annoncera prochainement où se situeront les 70 nouvelles classes qui ouvriront leurs portes en septembre. 

Pour lui, ces classes doivent d'abord servir à «atténuer les écarts» de développement des enfants. «Je parle à des gens qui sont dans les maternelles 4 ans et on est dans les difficultés de base: propreté, mobilité, difficultés langagières. On est dans des acquis qui ne sont pas encore à la portée de tous les enfants», a-t-il commenté. 

«Réflexion beaucoup plus large»

Pour ce qui est de rendre l'école obligatoire jusqu'à 18 ans, le ministre est beaucoup moins chaud à l'idée. «Ça va faire partie d'une réflexion beaucoup plus large. J'ai entendu et j'ai noté moi aussi que la contrainte n'était pas une bonne idée. Je connais des gens autour de moi, même dans mon expérience personnelle, si on les avait contraints à demeurer à l'école, je suis pas sûr qu'on aurait fait le meilleur choix.»

Néanmoins, le ministre salue le fait que plusieurs partis ou groupes sociaux réfléchissent à l'éducation. «On baisse le ton un peu, on discute», a lancé celui qui révise actuellement le projet de loi 86, qui porte sur la répartition des pouvoirs dans les commissions scolaires, et auquel il veut ajouter l'aspect de la réussite. 

La CAQ a annoncé dimanche à Trois-Rivières qu'elle allait faire de l'éducation sa principale priorité. Le parti s'est inspiré des idées contenues dans le nouveau livre «Et si on réinventait l'école?» du député Jean-François Roberge.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer