Cégeps: la ministre David veut jeter du lest

Hélène David compte bien s'inspirer du rapport Demers... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Hélène David compte bien s'inspirer du rapport Demers sur l'avenir des cégeps.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Resté dans l'ombre depuis son dépôt, il y a près de deux ans, le rapport Demers sur l'avenir des cégeps pourrait bien servir à la ministre de l'Enseignement supérieur. Hélène David souhaite s'en inspirer pour donner du lest aux cégeps.

«Guy Demers nous donne des outils, Nicole Rouillé nous donne des façons. On a la porte grande ouverte pour aller loin et plus loin qu'on n'est jamais allés dans les collèges», a-t-elle lancé lors de l'étude des crédits de son ministère, mercredi. La ministre veut permettre aux cégeps de se rendre plus attractifs. En particulier ceux qui sont situés en région, parce qu'ils manquent cruellement de clientèle. 

Dans le dernier budget, elle a annoncé un programme de mobilité étudiante, qui permettra aux étudiants des villes d'aller étudier en région. Elle veut aussi accentuer le recrutement d'étudiants internationaux. «J'espère que les cégeps vont être très innovateurs», a-t-elle lancé.

Les cégeps auront également plus de liberté quant aux types de cours qu'ils offriront. Par exemple, ils pourront offrir des cours de littératie pour les immigrants ou ceux qui retournent faire une attestation d'études collégiales (AEC) après 20 ans sur le marché du travail. «Je suis celle qui va défendre ça.»

Sans se donner d'échéancier pour faire ces changements, la ministre s'est engagée à «assouplir» le Régime d'études collégiales. «On va le faire le plus vite possible.»

Le rapport Demers préconise aussi de faire des mises à jour plus rapides des programmes d'études et de laisser aux cégeps la possibilité d'ajuster les diplômes d'études collégiales (DEC) selon les besoins régionaux ou actuels.

Comme il l'avait fait la veille en éducation primaire et secondaire, le Parti québécois a accusé le gouvernement de donner d'une main aux cégeps et aux universités tout en reprenant de l'autre. Le député Sylvain Gaudreault a mis en lumière le fait que le gouvernement prévoit une enveloppe de 55 millions $ pour la réussite en enseignement supérieur, tout en demandant aux réseaux «d'optimiser» ses façons de faire pour dégager une marge de manoeuvre de 24 millions $. Ce qui pourrait entraîner de nouvelles coupes.

Une évaluation que réfute la ministre David, qui croit que cet «effort de modernisation» demandé au réseau ne représente que 0,4 % de son budget total.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer