Le ministre Proulx veut interdire les fouilles à nu dans les écoles

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Contre les fouilles à nu dans les écoles, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, souhaite changer la Loi sur l'instruction publique «pour s'assurer que ça ne se reproduise plus».

C'est ce qu'il a indiqué lors de l'étude des crédits de son ministère, mardi. «Il n'est pas question de permettre ce type de fouille dans nos écoles», a statué le ministre, alors qu'il était questionné par le député Jean-François Roberge. 

Le caquiste se demandait pourquoi, plus d'un an après le dépôt du rapport préparé par Me Fabienne Bouchard sur la question, peu avait été fait pour appliquer ses recommandations. 

Le ministre Proulx a indiqué qu'un «changement législatif» était nécessaire pour interdire les fouilles à nu en milieu scolaire, et qu'il allait venir. Entre temps, «il y a une limitation au pouvoir du ministère», dit-il. La sous-ministre Sylvie Barcelo a tout de même émis des directives claires aux écoles et aux commissions scolaires comme quoi cette pratique n'était pas tolérée. «Il y a des choses qui sont faites dans le cadre dans lequel on peut agir actuellement», a soutenu le ministre Proulx. 

Rappelons que la fouille à nu d'une élève de 15 ans, qu'on soupçonnait de trafic de drogue, par du personnel de l'école secondaire de Neufchâtel avait soulevé un tollé en février 2015.

Un article méconnu de l'actuel projet de loi 86 permettrait d'ouvrir la voie à l'interdiction des fouilles à nu. Mais le ministre Proulx se dit toujours «en réflexion» sur ce projet de réforme de la gouvernance des commissions scolaires, qu'il souhaite modifier et inscrire dans une perspective plus large de persévérance scolaire. «Ma bataille à moi, ça va être la réussite!» a-t-il lancé. 

Il n'a pas voulu s'avancer mardi sur un échéancier pour l'adoption du projet de loi, plaidant qu'il avait «besoin de temps». Il a toutefois lâché un peu plus tard qu'il voudrait que l'Assemblée nationale l'étudie, «j'espère dans les prochaines semaines». 

Encore des coupes

Plus tôt en journée, la députée Nicole Léger du Parti québécois a déploré le fait que le budget déposé en mars ne comprenne, selon elle, aucune nouvelle somme en éducation pour l'année 2016-2017. 

Du 109 millions $ «d'argent neuf» promis par le gouvernement, elle calcule que 39 millions $ seront financés par des mesures d'optimisation administratives, soit «des coupes» que devra faire le réseau. Les 70 millions $ supplémentaires avaient déjà été annoncés en décembre par l'ex-ministre de l'Éducation François Blais. 

Une évaluation que rejette le ministre Proulx, qui assure qu'il n'y aura pas de nouvelles coupes dans les écoles. «Les mesures d'optimisation du réseau, autant dans le ministère que dans les commissions scolaires, ne touchent pas les services aux élèves.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer