Exclusif

Du plomb dans l'eau de six écoles

L'école primaire de Saint-Sacrement est l'un des six... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'école primaire de Saint-Sacrement est l'un des six établissements de Québec aux prises avec des traces de plomb dans leur eau potable.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Six écoles de la commission scolaire de la Capitale sont aux prises avec des traces de plomb dans leur eau potable. Ce sont des échantillonnages prélevés l'été dernier par la Ville de Québec qui ont révélé cette contamination.

Il s'agit des écoles primaires de Saint-Sacrement, à Québec, Saint-Malo, à Saint-Sauveur, Saint-Fidèle, à Limoilou, Notre-Dame-du-Canada, à Vanier, et du Beau-Séjour, à Saint-Émile. Dans ce dernier cas, des travaux de plomberie récents ont eu lieu, si bien que le problème devrait déjà être résorbé, croit Marie-Élaine Dion, porte-parole de la commission scolaire de la Capitale.

Le centre d'éducation des adultes Saint-Louis, à Loretteville, est aussi touché.

Une lettre d'information, dont Le Soleil a obtenu copie, a été transmise en début de semaine aux parents. Il y est indiqué que l'eau de l'établissement «respecte les exigences réglementaires» en vigueur, mais comme il y a présence de plomb, la Ville de Québec préconise la prudence. Elle suggère de laisser couler l'eau du robinet cinq minutes avant de la boire, lorsque le réseau est inutilisé pendant 30 minutes.

Lettre préventive

«Dans chacune des écoles, une équipe s'occupera de faire couler l'eau tous les matins», soutient Mme Dion. Certaines écoles ont également permis aux enfants d'apporter leur propre gourde d'eau de la maison.

Mme Dion explique que les abreuvoirs resteront accessibles pour les enfants. «C'est vraiment une lettre préventive qui a été envoyée. La qualité de l'eau est bonne et il n'y a pas lieu de s'inquiéter», affirme-t-elle. 

La Ville de Québec a fait les prélèvements l'été dernier et a informé la commission scolaire de la situation en février. «Il y avait certaines confusions et précisions nécessaires qui ont demandé du temps», soutient Mme Dion, si bien que c'est en avril que les parents en sont informés. 

À la lumière de ces résultats, la commission scolaire a déjà commandé des analyses plus en profondeur à une firme externe afin de trouver les sources de contamination et voir si des morceaux des réseaux de plomberie des différentes écoles ne devraient pas être remplacés. Ces analyses devraient être terminées dans les prochaines semaines. 

Règlement plus restrictif

Le ministère de l'Environnement du Québec a modifié son Règlement sur la qualité de l'eau potable en mars 2013 pour le rendre plus restrictif en matière de contamination de l'eau au plomb. L'eau des écoles est depuis davantage sous la loupe. 

«Le plomb est reconnu pour avoir des effets néfastes sur la santé humaine», indique le site Web du ministère. Même à de faibles concentrations, il peut affecter le système nerveux et entraîner des effets sur le développement intellectuel des nourrissons et des enfants de moins de six ans. «Ces derniers sont plus vulnérables car ils sont en pleine croissance», lit-on. 

Des entrées d'eau en plomb sont susceptibles d'avoir été installées dans de nombreux bâtiments au cours des dernières décennies. Par contre, l'utilisation du plomb est progressivement disparue et a été interdite par le Code de la plomberie en 1980.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer