CPE: les parents ont eu le temps d'économiser, selon Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard assure avoir agi... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard assure avoir agi pour préserver la pérennité du système et dans un esprit d'équité.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les parents ont eu le temps de prévoir la hausse des frais de garde ou pourront prendre un arrangement avec Québec sans contracter le nouveau prêt offert par le Mouvement Desjardins, estime le premier ministre Philippe Couillard.

Mercredi, à la veille du dépôt du budget, les partis d'opposition ont chargé le gouvernement sur la question du «choc fiscal» réservé aux parents, selon leur expression. 

La modulation des tarifs en fonction du revenu familial, adoptée au printemps dernier sous le bâillon, peut coûter jusqu'à 2300 $ de plus par enfant qui fréquente un centre de la petite enfance (CPE). Une facture qui sera incluse dans la déclaration d'impôt 2015. 

Le Mouvement Desjardins a d'ailleurs récemment envoyé une lettre à 25 000 clients pour leur offrir un prêt afin de les aider à amortir l'augmentation. Une initiative controversée qui a été comparée à des «garderies à crédit avec frais d'intérêt» par le chef péquiste Pierre Karl Péladeau.

«Est-ce que le premier ministre est fier de constater qu'en raison de ses politiques, nos enfants se retrouvent dorénavant financés sur Accord D?» a-t-il lancé en Chambre. 

Peu avant, deux pétitions totalisant 250 000 signatures qui demandent l'annulation des compressions dans le réseau des CPE ont été déposées en Chambre. 

Le premier ministre assure avoir agi afin de préserver la pérennité du réseau et dans un esprit d'équité. «Ces dispositions sont connues depuis plusieurs mois, et des calculettes ont été mises à la disposition des citoyens, a affirmé M. Couillard. On pouvait préparer ses retenues à la source en conséquence. On peut encore faire des arrangements avec le ministère du Revenu.» 

«On ne parle pas d'un choc»

Le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, a répété que, pour 60 % des familles, le tarif quotidien dans un CPE sera de neuf dollars ou moins par enfant. «On ne parle pas d'un choc», a soutenu M. Proulx. «Ce n'est pas vrai que c'est la semaine dernière ou aujourd'hui que les parents du Québec ont appris l'existence de cette modulation-là, a-t-il ajouté. L'information a circulé.» 

L'approche gouvernementale est plus progressiste que la proposition du PQ d'augmenter les frais à neuf dollars pour tout le monde, estime-t-on au gouvernement. Et les tarifs au Québec restent plus avantageux qu'ailleurs au Canada, plaide le premier ministre. Les libéraux ont promis pendant la dernière campagne électorale de limiter à l'inflation la hausse des frais.  

Les réponses du gouvernement n'ont pas satisfait la Coalition avenir Québec. «Les familles vont devoir s'endetter parce qu'ils ont eu la brillante idée de faire des enfants et de les envoyer à la garderie, a pesté le leader parlementaire François Bonnardel. Quel beau modèle de société! Financement Accord D pour la famille, belle opportunité d'affaires, mais c'est gênant pour votre gouvernement.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer