Internat en psychologie: les doctorants veulent être rémunérés

Les doctorants en psychologie du Québec réclament la rémunération de leur... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les doctorants en psychologie du Québec réclament la rémunération de leur internat au même titre que les résidents en médecine reçoivent un salaire. Ces futurs psychologues et neuropsychologues rappellent qu'ils sont les seuls en Amérique du Nord à ne pas être rémunérés pour cette année de travail à temps plein.

Le mot-clic #internepsy a fait son apparition en début de semaine sur les réseaux sociaux pour sensibiliser les internautes à la cause, que le député Amir Khadir a aussitôt embrassée, appuyant «sans détour» les internes en psychologie qui demandent «une juste rémunération». 

Une pétition a également été mise en ligne par la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP), qui rappelle que le doctorat en psychologie est obligatoire pour obtenir le titre professionnel de psychologue depuis 2006. 

«Nous croyons que la reconnaissance de la profession de psychologue passe par une rémunération juste, de l'internat à la retraite», écrit la FIDEP, précisant que les doctorants en psychologie doivent faire un internat obligatoire de 1600 heures non rémunérées et qu'ils accomplissent environ 80 % des tâches du psychologue dans le cadre de cet internat.

La fédération rappelle également que les internes ont déjà complété au moins six ans d'études universitaires et 700 heures de stage non rémunérées préalablement à l'internat et que celui-ci leur coûte entre 1000 $ et 1500 $ de frais de scolarité par session (ils doivent en faire trois à six au total).

Eddy Larouche, vice-président de la Fédération interuniversitaire des... (tirée de Twitter) - image 2.0

Agrandir

Eddy Larouche, vice-président de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie, précise que le combat mené par le comité pour obtenir des  internats remunérés dure depuis une dizaine d'années.

tirée de Twitter

Long combat 

Le vice-président de la FIDEP, Eddy Larouche, explique en entrevue au Soleil que les doctorants en psychologie font des représentations depuis une dizaine d'années auprès du gouvernement pour faire changer leur situation, sans succès. «Le ministère de l'Éducation, le ministère de la Santé et le Conseil du trésor se renvoient la balle quant à savoir qui nous rémunérerait, et comment», résume M. Larouche, ajoutant que les associations membres de la FIDEP ont décrété lundi un boycottage des internats pour 2016-2017, question de mettre un peu de pression pour faire avancer leurs revendications.

Au ministère de la Santé, on a promis de nous fournir des précisions sur ce dossier jeudi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer