L'Université Laval sacrifie trois programmes

L'Université Laval... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'Université Laval

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le baccalauréat en ethnologie et patrimoine, la maîtrise interdisciplinaire en art et le diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en muséologie ne seront plus offerts à l'Université Laval à la rentrée 2016.

Ces décisions ont été entérinées mardi par le Conseil universitaire. Faire disparaître des programmes universitaires, «c'est toujours difficile», admet Bernard Garnier, vice-recteur aux études et aux activités internationales.

Par contre, selon lui, «c'est sain de faire face à la réalité» et d'abandonner des champs d'études qui n'attirent pas les foules. Par exemple, cette année, seulement quatre étudiants se sont inscrits au baccalauréat en ethnologie. Ils pourront terminer leur formation, mais aucune autre cohorte ne les suivra.

M. Garnier assure qu'il n'a pas demandé systématiquement à toutes les facultés de voir quels programmes pourraient être sacrifiés. «C'est pas moi qui me lève le matin et qui dis : "on ferme le programme". Ça vient vraiment de longues discussions avec la base», explique-t-il.

Lors du conseil universitaire, il a été question du contexte budgétaire et des coûts de ces programmes. M. Garnier a tenu à préciser plus tard que ce ne sont pas les compressions budgétaires qui sont la raison première de ces changements.

D'autres fermetures possibles

D'autres fermetures de programme pourraient survenir dans les prochains mois. «Ça serait pas surprenant qu'il y en ait d'autres, mais je ne peux pas vous dire lesquelles», indique M. Garnier.

L'Université Laval a créé quelques nouveaux programmes ces dernières années, par exemple en criminologie et en psychoéducation. Mais M. Garnier soutient qu'elle le fait de façon plus parcimonieuse et s'interroge sur la «pertinence économique» de ceux-ci.

Même si les états financiers de l'Université Laval n'ont pas encore été rendus publics, son porte-parole Samuel Auger soutient que l'institution n'a pas fait état d'un déficit en 2014-2015 et qu'elle y est parvenue en procédant à trois vagues de compressions budgétaires durant l'exercice financier, pour un total de 8,3 M $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer