Compressions dans les garderies: Charbonneau vise les frais d'administration

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, estime que les services de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, estime que les services de garde pourront absorber les compressions à même leurs frais d'administration sans congédier des éducatrices.

Les coupes de 74 millions $ cette année et 120 millions $ l'an prochain dans le réseau des garderies subventionnées n'auront pas d'impact sur les ratios éducatrice/enfants, a martelé la ministre, mardi. «De ce fait, il n'y a pas d'éducatrices qui vont perdre leur emploi, a-t-elle réitéré. Si on ne touche pas aux ratios, on ne touche pas aux éducatrices.» 

Les quatre associations qui représentent les services de garde subventionnés ont quitté les discussions avec le Ministère, la semaine dernière, en soutenant que les postes de 5000 éducatrices sont à risque. Elles dénoncent l'approche comptable de Québec qui veut les financer sur la base des établissements les moins coûteux, sans tenir compte de la qualité du service. Une autre rencontre est prévue jeudi. 

Heures travaillées

Mme Charbonneau n'a pas nié les chiffres véhiculés par La Presse, mardi, voulant que Québec suggère de couper 16 % des heures travaillées dans les centres de la petite enfance et les garderies privées subventionnées. Dans une garderie de 80 places, cela représenterait quelque 4000 heures de moins par année. 

«Il n'y a pas de proposition sur la table, a assuré Mme Charbonneau. Nous sommes en discussion sur comment on fait les choses.»

D'après la ministre, la disparité entre les frais administratifs des établissements justifie que des questions se posent sur la gestion des services de garde. «On se doit de regarder pourquoi certains ont de la difficulté, a-t-elle dit. Pourquoi certains ont plus de 17 % (de frais) d'administration? C'est quoi leur bureaucratie?»

Elle évoque aussi des surplus accumulés de 350 millions $ dans le réseau des services de garde au fil des ans. 

Un point de presse conjoint des quatre associations du réseau avec le Parti québécois et Québec solidaire doit se tenir mercredi. 

«Moi, je ne travaille pas pour les associations, a souligné la ministre Charbonneau. Je vais le répéter haut et fort. Je travaille pour un service aux enfants et aux familles du Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer