Le référendum sur l'adhésion de la CADEUL à l'Union étudiante du Québec annulé

L'Université Laval... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'Université Laval

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La Confédération des associations d'étudiants de l'Université Laval (CADEUL) n'adhérera pas pour l'instant à l'Union étudiante du Québec (UEQ). Son référendum sur la fondation de la nouvelle association étudiante provinciale a été annulé mardi en raison de nombreuses irrégularités.

Tenu sur huit jours, le référendum lors duquel 5 689 des 33 000 étudiants membres de la CADEUL avaient voté s'était terminé avec un verdict extrêmement serré de 2 535 contre l'adhésion à l'UEQ, 2 527 pour et 627 abstentions.

«En raison des irrégularités notées, nous avons choisi de ne pas entériner les résultats du référendum. Même si nous avions validé avec l'Université Laval les listes d'étudiants qui pouvaient participer au vote électronique, 1 405 de nos membres inscrits aux études libres n'ont pas été convoqués. C'est une erreur commise par les employés de l'université», a expliqué au Soleil M. Thierry Bouchard-Vincent, président de la CADEUL.

De plus, la CADEUL avait remarqué en fin de semaine que n'importe quelle personne possédant une adresse de courrier électronique de l'Université Laval, en incluant des anciens étudiants, des employés et des étudiants des cycles supérieurs, pouvait voter au référendum même si elle n'était pas membre de la CADEUL.

Fâchant

«C'est extrêmement fâchant car nous avions investi plusieurs milliers de dollars dans cet exercice et que plusieurs personnes y ont investi beaucoup de temps. En bout de ligne, tout ce temps et cet argent auront servi à invalider les résultats», déplore M. Bouchard-Vincent.

Le conseil d'administration de la CADEUL a aussi écarté l'idée de reprendre le vote avant la fin de la session. Le c.a. et le caucus des 87 associations étudiantes auront comme mandat de décider de la suite des choses, soit de ne pas reprendre le vote ou de le reprendre au début ou à la fin de la session d'hiver.

Pour l'instant, la CADEUL demeure indépendante comme elle l'était depuis l'arrêt, en 2014, des opérations de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) à laquelle elle s'était affiliée pendant quelques années après avoir quitté la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) en 2006.

«Il faudra faire la lumière sur les ratés de la plateforme de vote électronique que l'Université Laval nous offre depuis un an. C'est inquiétant, car on ne nous donne pas de garantie que les résultats seront fiables. On se posera aussi la question, en c.a., à savoir si on évalue les dommages que nous avons subis et ce que nous demandons à l'Université», précise le président de la CADEUL.

Activité partisane

Celui-ci était également au courant qu'une activité partisane du comité du Oui avait eu lieu lundi, lors de laquelle des militants faisaient voter des membres sur des tablettes en faisant la promotion de leur option. Plusieurs étudiants avaient dénoncé cette pratique sur les réseaux sociaux.

«Même si les activités partisanes ne sont pas permises dans les bureaux de vote physique, cette règle ne s'applique pas au vote électronique car rien n'empêche un étudiant de se brancher dans un café et de dire à ses amis de voter. L'activité avait donc été autorisée par le directeur du référendum, qui a décrété qu'elle respectait la politique référendaire», conclut Thierry Bouchard-Vincent.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer