Le PQ refuse de suspendre l'élection scolaire partielle à Montréal

L'étude du projet de loi 72 pour suspendre... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

L'étude du projet de loi 72 pour suspendre les élections scolaires partielles, déposé mercredi, pourrait prendre plus de temps que prévu.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La tentative du ministre François Blais d'empêcher la tenue d'une élection scolaire partielle à Montréal a du sable dans l'engrenage. Le Parti québécois refuse de prendre part à son «improvisation».

L'étude du projet de loi 72 pour suspendre les élections scolaires partielles, déposé mercredi, pourrait prendre plus de temps que prévu. Le PQ a manifesté son opposition à la proposition du ministre, qui empêcherait notamment la tenue d'un scrutin, le 13 décembre, dans la commission scolaire English-Montreal.

«J'espère que ça va être adopté assez rapidement, a réagi le ministre de l'Éducation, mercredi. Je suis très étonné. Je ne comprends pas la position du PQ. On devrait avancer assez rapidement. Il y a un enjeu financier autour de ça.»

Le ministre Blais avait essuyé les critiques de l'opposition, en juillet, lorsque la commission scolaire de la Capitale a tenu elle aussi une élection partielle au coût de 50 000 $. La porte-parole péquiste en Éducation de l'époque, Nicole Léger, soutenait qu'il avait «dormi au gaz» en permettant la tenue du scrutin alors que Québec s'apprête à abolir complètement les élections scolaires.

Le nouveau responsable du dossier au PQ, Alexandre Cloutier, soutient que la situation est différente aujourd'hui. Il est maintenant clair que le projet de loi sur la gouvernance et la démocratie scolaire ne pourra être adopté cet automne, dit-il. C'est ce qui force la suspension d'élections partielles et cela découle de dissensions au caucus libéral, selon lui.

«On a un gouvernement qui ne sait pas où il s'en va, qui est incapable de convaincre son caucus, et ce n'est pas vrai que l'Assemblée nationale va servir de lieu pour corriger son improvisation crasse, a justifié M. Cloutier. [...] Ce n'est pas vrai qu'on va jouer dans ce film-là.»

Il plaide que les coûts relatifs à l'élection scolaire partielle à Montréal ainsi que ceux inhérents aux travaux parlementaires sur le projet de loi 72 seront imputables au retard pris par le ministre Blais.

«On va dépenser des sommes sur des travaux parlementaires qui ne servent strictement à rien à cause d'un ministre qui se traîne la patte», a-t-il affirmé.

Mais le porte-parole caquiste en matière d'Éducation, Jean-François Roberge, n'en revient tout simplement pas du changement de position au Parti québécois. «C'est toute une volte-face, déclare-t-il. Là, ils votent contre la solution au problème. Ça veut dire qu'ils aiment le problème? C'est un désaveu total de la porte-parole précédente. Ils vont faire payer les citoyens encore.»

Le coût d'une élection partielle équivaut au salaire d'un professionnel, martèle le député caquiste. «M. Cloutier se lève à toutes les semaines pour dénoncer les coupes dans les services aux élèves, souligne M. Roberge. Il va falloir qu'il se justifie auprès des parents dont les enfants n'ont pas accès à un orthophoniste.»

Entre-temps, la commission scolaire English-Montreal (CSEM) ne sait plus trop sur quel pied danser. Elle ne sait pas si elle doit continuer à dépenser pour la tenue du scrutin au cas où le projet de loi 72 n'est pas adopté avant le 13 décembre. La CSEM s'insurge contre le projet de loi 72. «On dirait que M. [Pierre Karl] Péladeau est notre nouvel ami», a commenté le porte-parole Michael Cohen.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer