«Une petite marche» pour aller à l'école

En plus d'être bon pour la santé, le... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En plus d'être bon pour la santé, le Trottibus a retiré une trentaine de voitures de la circulation autour de l'école l'Arbrisseau, à Cap-Rouge.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En 40 ans, le nombre d'enfants d'âge primaire qui marchent ou pédalent pour aller à l'école a chuté drastiquement de 80 % à 30 %. Les parents évoquent des raisons de sécurité et leurs horaires de travail pour expliquer le fait qu'ils préfèrent reconduire leur progéniture en voiture. Une tendance que plusieurs acteurs du milieu scolaire cherchent maintenant à renverser.

«Quand ils prennent une petite marche le matin, ça leur fait du bien. Ils ont les poumons remplis d'air frais avant d'être pris dans l'école toute la journée», soutient Catherine Cormier, enseignante suppléante et maman d'un garçon de première année et d'une fille de troisième année.

C'est elle qui a mis sur pied en septembre le Trottibus de l'école l'Arbrisseau, à Cap-Rouge. L'initiative rejoint déjà 42 enfants, répartis sur cinq trajets. Deux bénévoles vêtus de dossards jaunes - des mamans pour la plupart - se rendent au début du trajet et accueillent les enfants aux différents arrêts, en poinçonnant la carte d'embarquement qu'ils portent autour du cou.

«Les enfants sont tellement fiers d'être avec leurs amis!» lance Mme Cormier. La preuve, lors du passage du Soleil, le bavardage était incessant dans le groupe d'enfants de la maternelle à la quatrième année qui déambulaient sur le trottoir.

En plus de promouvoir la santé et les bonnes habitudes de vie, le Trottibus répond aux craintes de sécurité des parents. Et à celles de Mme Cormier aussi. «L'année passée, il y a une brigadière qui s'est fait frapper à côté de l'école, à la hauteur de la hanche. On s'est tous dit : "si ça avait été un enfant..."»

Paradoxalement, ce qui crée le plus de danger autour des écoles le matin, ce sont les parents qui viennent reconduire leurs enfants en voiture. «On est tous pressés, on va vite. Il y a des parents qui font des arrêts pas complets, qui débarquent les enfants où ils ont pas le droit», décrit Mme Cormier.

Déjà, le Trottibus a retiré une bonne trentaine de voitures de la circulation autour de l'école l'Arbrisseau le matin, ce qui rend les problèmes déjà moins criants.

L'initiative a toutefois ses limites. Elle a été mise en place seulement le matin, parce qu'en après-midi, la plupart des enfants vont au service de garde et leur départ se fait de façon plus progressive. Et elle s'arrêtera aux premières neiges de décembre, pour reprendre en mars, après la relâche. On craint que moins d'enfants participent en hiver.

En tout, une soixantaine d'écoles de partout au Québec ont adopté le Trottibus, dont huit dans la région de la Capitale-Nationale. L'idée provient de la Société canadienne du cancer, en partenariat avec Québec en forme.

Jeunes moins autonomes

Chez Vélo Québec, ça fait 10 ans qu'on incite les écoles, les municipalités et les parents à faire bouger les jeunes sur le chemin de l'école. L'organisme a assuré une présence dans 1208 écoles primaires et secondaires. «Le transport actif est rentré dans le discours général», croit Magali Bebronne, agente de liaison chez Vélo Québec.

Par contre, les habitudes ont peu évolué. «C'est comme si la norme sociale avait changé. Si on laisse son enfant de sept ans marcher seul jusqu'à l'école aujourd'hui, on a l'impression d'être un mauvais parent!» lance-t-elle.

Ce qui était la norme autrefois est devenu l'exception. Selon Mme Bebronne, les parents ont peur des rôdeurs, de l'intimidation et de la circulation automobile qui a augmenté avec le temps. «Tout ça fait en sorte que les jeunes sont moins autonomes. Mais même si on retarde le moment où on les laissera aller seuls, les risques d'accident seront les mêmes si l'enfant n'a pas fait d'apprentissage», explique-t-elle.

Afin d'enseigner à son enfant le Code de la route et la notion du danger, elle suggère de faire quelques fois avec lui le chemin jusqu'à l'école, puis d'observer son comportement de loin.

Investir dans le béton

L'école Le Ruisselet, de L'Ancienne-Lorette, a investi dans le béton afin de devenir plus sécuritaire pour les marcheurs. Elle a réaménagé une partie du trottoir de la rue Saint-Olivier, a déplacé sa zone d'autobus et a prévu un débarcadère pour les parents. «Ça fait le bonheur de tout le monde. L'année passée, je devais sortir tous les matins pour essayer de faire la circulation des voitures, mais cette année, je n'ai plus besoin d'y aller», raconte le directeur Louis De Varennes. Il n'a pas de statistiques sur le nombre d'enfants qui arrivent maintenant à pied, mais «à l'oeil», c'est en augmentation. Même constat pour le nombre de cyclistes.

80%
des enfants canadiens de 7 et 8 ans allaient à l'école à pied ou à vélo en 1971
30 %
des enfants québécois du primaire allaient à l'école à pied ou à vélo en 2008

Source : Groupe de recherche Ville et mobilité de l'Université de Montréal

Un service de voiturier

Parce qu'elle ne dispose que d'une seule entrée, l'école Cap-Soleil et Saint-Pierre, à Charlesbourg, éprouvait de graves problèmes de congestion le matin. Son directeur, Carl Barrette, a eu l'idée en septembre d'instaurer un service de «valet parking» pour les parents. Ceux-ci déposent leur rejeton à deux coins de rue de l'école, sur la rue des Roses, et un surveillant les accompagne ensuite jusqu'à la cour de récréation. «Ça va super bien. J'ai entre 50 et 60 utilisateurs tous les matins. D'autres parents laissent leurs enfants dans des stationnements un peu plus loin. On sent que le message commence à passer», raconte M. Barrette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer