L'Université Laval prend ses distances du rapport Payette

Même si le document de Dominique Payette a été... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Même si le document de Dominique Payette a été publié sur une page Web hébergée par l'Université Laval, l'institution tient à rester neutre.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Université Laval a pris ses distances vendredi de l'étude publiée cette semaine par Dominique Payette sur les radios de Québec. Une étude qui a fait grand bruit, mais qui a aussi été l'objet de nombreuses critiques.

«C'est une étude qui a été faite dans le cadre d'un mandat de recherche privé, avec des fonds administrés de façon privée», a soutenu le porte-parole Samuel Auger. Selon lui, il ne faut pas confondre cette étude avec une recherche scientifique traditionnelle de l'université, qui comprend un comité de lecture et des commentaires des pairs.

Même si le document, L'information à Québec, un enjeu capital, a été publié sur une page Web hébergée par l'Université Laval, l'institution tient à rester neutre. «Mme Payette a décidé de publier l'étude sur sa page Web personnelle de l'Université, c'est son choix», ajoute M. Auger, précisant que les professeurs de Laval utilisent ces pages comme bon leur semble.

«On n'est pas là pour se dissocier, pour endosser ou pour réfuter ses conclusions. On n'a pas de position pour ou contre», soutient M. Auger.

Une réaction considérée comme normale par Mme Payette, qui précise au Soleil par courriel que cette façon de faire n'est pas «inhabituelle» et qu'elle a, comme elle se doit de le faire, précisé la source de financement de sa recherche.

Dominique Payette, professeure du Département d'information et de communication de l'Université Laval et candidate pour le Parti québécois (PQ) dans Charlesbourg aux dernières élections provinciales, arrive à la conclusion que certains animateurs des stations de radio commerciales de Québec instaurent «un régime de peur» et «d'intimidation» dans la région.

Des conclusions qui ont été vivement critiquées par le Parti libéral, la Coalition avenir Québec, de même que la plupart des animateurs de radio de Québec. Sans répudier le rapport, le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau, a quant à lui soutenu qu'il ne partageait pas l'opinion de Mme Payette.

L'ex-première ministre Pauline Marois, qui a financé et mandaté Mme Payette pour mener cette étude, s'est quant à elle portée à sa défense lors d'une entrevue à Radio-Canada.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer