La grève des enseignants complique la remise des bulletins

Le ministère de l'Éducation exige que les premières... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministère de l'Éducation exige que les premières notes soient remises avant le 20 novembre. Les journées de grève prévues les 12 et 13 novembre viennent perturber le calendrier, mais les enseignants prendront le temps de rencontrer les parents pour faire le point sur l'avancement de leur enfant, selon le président du Syndicat de l'enseignement des Deux Rives, Jocelyn Noël.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La remise du premier bulletin de l'année sera passablement chamboulée dans les commissions scolaires (CS) des Découvreurs et des Navigateurs, en raison de la grève des enseignants. Mais pas question de passer outre la rencontre avec les parents, qui devrait seulement être décalée.

À la CS des Découvreurs, on laisse le soin aux écoles de devancer ou de remettre à plus tard la distribution en main propre des bulletins aux parents. «Ce sont des rencontres qui ont lieu deux fois par année avec les parents et c'est très important, alors ça ne sera pas annulé», affirme le porte-parole Alain Vézina. 

Dans les écoles secondaires de la CS des Navigateurs, l'activité qui devait se tenir le 12 novembre en soirée et le 13 novembre durant une journée pédagogique est reportée au jeudi 19 novembre, en soirée seulement. «La journée pédagogique qui devait servir à ça sera perdue. Il n'y aura pas de temps compensatoire accordé. Si les enseignants n'ont pas le temps de rencontrer tous les parents en soirée, ce sera alors leur responsabilité de trouver une solution», explique la porte-parole Louise Boisvert. 

Pour les écoles primaires, le scénario est à géométrie variable. Certains enseignants ont déjà communiqué avec les parents pour leur offrir différentes plages horaires. Ils devraient se rendre disponibles pendant au moins une soirée, soutient Mme Boisvert.

Pas fait exprès

Le Syndicat de l'enseignement des Deux Rives (SEDR) soutient qu'il n'a pas fait exprès que ces journées de grève coïncident avec la fin d'étape dans les écoles de ses membres. Il aurait même préféré qu'il en soit autrement. 

«C'est sûr que le choix des dates, ça désorganise tout le monde, mais on n'a pas le choix de s'adapter. On a fait des interventions auprès du front commun pour ne pas que ça tombe à ce moment-là, mais bon, sur 450 000 travailleurs, c'est sûr qu'il y a toujours des insatisfaits», commente Jocelyn Noël, président du SEDR. 

Selon lui, même s'ils sont en moyens de pression, les enseignants prendront le temps de rencontrer les parents pour faire le point sur l'avancement de leur enfant. 

Le front commun syndical, qui négocie plusieurs conventions collectives de fonctionnaires et d'employés de l'État en santé et en éducation, a dévoilé le 9 octobre dernier son calendrier de grève. Une journée a eu lieu à la fin octobre, et on se prépare maintenant aux blocs de deux jours, du 9 au 17 novembre, selon les différentes régions du Québec.

Reste que pour les enseignants, ces journées de piquetage surviennent alors qu'ils sont en plein dans les corrections d'examen, la compilation des notes et la confection des bulletins. Le ministère de l'Éducation exige que les premières notes soient remises aux élèves et aux parents avant le 20 novembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer