Alertes à la bombe: trop tôt pour parler d'un canular, estime Moreau

Le ministre par intérim de la Sécurité publique... (La Presse Canadienne, Clément Allard)

Agrandir

Le ministre par intérim de la Sécurité publique Pierre Moreau a réitéré que la menace posée pourrait être considérée comme un acte de terrorisme, «même si aucune conséquence malheureuse ne survient».

La Presse Canadienne, Clément Allard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bien qu'il soit trop tôt pour parler d'un canular, les autorités n'ont pas jugé nécessaire de fermer des écoles mercredi, malgré les menaces proférées cette semaine, indique le ministre Pierre Moreau.

En tout, ce sont 80 établissements scolaires qui ont reçu le courriel signé «Sceptre rouge», qui menaçait de faire exploser six bombes entre mardi et vendredi.

«Il n'y a aucune école évacuée aujourd'hui [mercredi]», a affirmé le ministre par intérim de la Sécurité publique. «Nous avons fait une évaluation des risques en début de soirée [mardi] en lien avec les éléments d'information que l'enquête a révélés.»

Les établissements scolaires avaient la consigne de rapporter toute communication ou tout mouvement suspect autour de leur bâtiment au cours de la nuit. «Rien du genre n'a été rapporté, de sorte qu'il n'y avait pas lieu de fermer les écoles», a expliqué le ministre.

Parmi les 80 établissements visés, 70 ont été fouillés de fond en comble mardi. Rien de concluant n'a été trouvé. Le faible niveau de risque évalué dans les 10 autres écoles n'a pas entraîné une inspection des bâtiments.

Le ministre Moreau n'a toutefois pas voulu qualifier l'affaire de canular. «On ne peut pas prendre pour acquis ce genre de chose, a-t-il affirmé. En matière de sécurité, on doit s'assurer que les personnes et les biens sont sécurisés.» Les policiers demeurent en état de veille.

Les quatre jeunes «témoins» appréhendés par la police sont interrogés relativement aux menaces proférées par le «Sceptre rouge» le 29 octobre, en Outaouais. La relation possible avec les événements du 3 novembre dans plusieurs régions du Québec est envisagée.

Il n'est «pas facile» pour les corps policiers de s'adapter aux nouvelles formes de criminalité, a noté M. Moreau. La menace posée pourrait être considérée comme un acte de terrorisme, «même si aucune conséquence malheureuse ne survient», a réitéré le ministre Moreau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer