Pas de costume d'Halloween à l'école: le moyen de pression déploré

La directive serait appliquée dans quelques écoles, sans... (123RF/donaveh)

Agrandir

La directive serait appliquée dans quelques écoles, sans toutefois affecter la majorité des établissements de la commission scolaire de la Capitale.

123RF/donaveh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La décision des enseignants de l'école primaire La Chanterelle, à Val-Bélair, de ne pas organiser de fête d'Halloween le 30 octobre a été critiquée de toutes parts jeudi.

La commission scolaire de la Capitale, par la bouche de sa présidente Manon Robitaille, a dit ne pas avoir le choix de respecter ce moyen de pression, tout en le qualifiant de «malheureux». Selon elle, cette journée de fête est la plus attendue à l'école par les enfants. «Noël, on le fête en famille, mais l'Halloween, c'est entre amis!» a-t-elle lancé en marge d'un point de presse.

Le ministre de l'Éducation François Blais a souligné que c'était «dommage pour les enfants» dans une déclaration transmise par courriel. Il comprend le contexte des négociations, mais «lorsque les enseignantes et enseignants ou les directions d'établissement agissent ainsi, ce sont sur les enfants qu'ils font pression».

Éric Caire, de la Coalition avenir Québec, demande quant à lui aux enseignants concernés de revenir sur leur décision. «Ils sont en train de piger dans leur capital de sympathie, de décevoir les parents qui, jusqu'ici, appuyaient leurs revendications, [...] et pire encore, ils donnent le beau rôle au ministre de l'Éducation», a-t-il élaboré.

Ces réactions font suite à la publication mercredi d'un mot aux parents de l'école La Chanterelle, qui a été relayé par Le Journal de Québec. On y indique qu'«en raison du contexte actuel de négociation», l'Halloween ne sera pas soulignée le 30 octobre, et qu'«il n'y aura pas de déguisements acceptés en classe».

Pas la majorité

Quelques autres écoles de la commission scolaire de la Capitale auraient décidé d'emboîter le pas, mais «ce n'est pas la majorité», soutient la porte-parole Marie-Élaine Dion. Aux commissions scolaires des Navigateurs et des Découvreurs, on soutient que les fêtes d'Halloween sont maintenues. Aux Premières-Seigneuries, le 30 octobre est une journée pédagogique, alors l'Halloween sera fêtée avec les responsables du service de garde.

Le syndicat se défend

Denis Simard, président du Syndicat de l'enseignement de la région de Québec, a soutenu jeudi qu'aucun mot d'ordre n'avait été donné pour se servir des fêtes d'Halloween comme moyen de pression. Il ne veut toutefois pas porter de jugement sur cette initiative «locale».

«On n'a rien contre l'Halloween et les costumes. C'est juste que depuis le début de l'année, on fait respecter notre tâche et ça se déploie de différentes façons, selon les milieux. C'est comme pour les fêtes d'accueil. Il y en a eu à certains endroits, mais avec beaucoup moins d'envergure», explique-t-il.

Se pourrait-il que le groupe d'enseignants change d'idée? «C'est sûr que les critiques d'aujourd'hui [jeudi], ça bouleverse les gens, alors on verra», dit-il, ajoutant qu'il y aura bien sûr une tolérance relativement aux enfants qui arriveront costumés à l'école ce jour-là.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer