Projet pilote d'éducation sexuelle: aucune exemption du cours ne sera tolérée

«L'éducation à la sexualité est prévue pour tous...

Agrandir

«L'éducation à la sexualité est prévue pour tous les élèves du Québec», explique un porte-parole du ministère, Pascal Ouellet. Car ses effets seront bénéfiques pour «prévenir les agressions sexuelles, la violence dans les relations amoureuses, les infections transmissibles par le sang et sexuellement, les grossesses non désirées».

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

La connaissance des choses du sexe est trop importante pour être facultative, aux yeux du ministère de l'Éducation. Au même titre que le français et les mathématiques, l'éducation sexuelle sera donc obligatoire pour tous, de la maternelle à la cinquième secondaire dans les écoles du Québec, sans égard aux convictions religieuses et valeurs des parents issus de différentes communautés.

Aucune exemption ne sera tolérée.

Dans un premier temps, un projet pilote d'éducation sexuelle, qui démarre dans quelques jours, dès la rentrée scolaire, dans une quinzaine d'écoles, durera deux ans. Ce programme, dont bénéficieront 8200 élèves, devrait par la suite être intégré au curriculum des élèves dès 2017.

Mais on sait déjà que ce programme est loin de faire l'unanimité, comme en font foi divers documents obtenus par La Presse Canadienne et une série d'entrevues menées sur le sujet au cours des dernières semaines.

Qu'il s'agisse du caractère obligatoire du cours, du manque de formation des enseignants, de l'absence de consultation du milieu ou de l'approche pédagogique retenue par le ministère de l'Éducation, les sujets de controverse ne manqueront pas au cours des prochains mois.

Et que cela leur plaise ou non, les parents plus frileux en matière de sexualité devront se faire à l'idée que leurs enfants vont entendre parler des manifestations de la puberté, voire des différentes pratiques sexuelles, pendant un cours sur la règle de trois ou un autre sur l'accord des participes passés.

«Pour l'instant, aucune exemption n'est prévue», a indiqué un porte-parole du ministère, Pascal Ouellet.

Diversité culturelle et religieuse

Sur le terrain, on se demande si le ministère a tenu compte de la diversité culturelle et religieuse du Québec. Ainsi, comment devra agir l'enseignant ou la direction d'école avec un élève dont les parents s'opposent, pour motif religieux, à ce que leur fils ou leur fille de 12 ans apprenne en classe à identifier les différentes pratiques sexuelles?

Car certains parents «ne veulent pas que leur ado entende parler de masturbation» en classe, commente la présidente de la Fédération québécoise des directeurs d'école (FQDE), Lorraine Normand-Charbonneau. «On va faire quoi, on va sortir les élèves?», demande-t-elle.

Pas question, réplique le ministère.

«L'éducation à la sexualité est prévue pour tous les élèves du Québec», explique M. Ouellet. Car ses effets seront bénéfiques pour «prévenir les agressions sexuelles, la violence dans les relations amoureuses, les infections transmissibles par le sang et sexuellement, les grossesses non désirées».

Encore faut-il que les personnes appelées à transmettre ce savoir aient la compétence requise. Or, d'aucuns affirment que ce ne sera pas le cas, laissant craindre un dérapage du projet pilote.

Le constat du président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), Sylvain Mallette, est lapidaire: «C'est des incompétents. Là, je pèse mes mots, ce sont des incompétents qui jouent avec l'intime» des élèves, dit ce professeur d'histoire, choqué de voir que le ministère de l'Éducation s'apprête à confier l'enseignement d'une matière aussi délicate que la sexualité humaine à des gens n'ayant aucune expertise en la matière.

Cet enseignement devrait être prodigué par des professionnels compétents, renchérit Mme Normand-Charbonneau, «pour éviter les dérapages» éventuels en classe.

Or, au moment où s'effectue la rentrée scolaire, il est difficile de dire qui au juste assurera l'éducation à la sexualité dans les écoles. Le ministère prévoit que ce pourrait être des enseignants, infirmières, psychologues, voire des responsables d'organismes communautaires. S'il s'agit d'enseignants, la tâche pourrait aussi bien revenir au professeur de mathématiques qu'à celui de français ou de géographie.

Les cours d'anatomie ou ceux abordant les maladies transmises sexuellement pourraient donc, pendant quelques heures, entrer en compétition avec les cours de français ou d'algèbre. L'enseignant devra donc parler de sexe «sur le temps de sa matière», confirme une autre porte-parole du ministère, Esther Chouinard.

«Quelques heures» de formation

«Les personnes qui feront l'éducation à la sexualité n'ont pas besoin d'être des experts de haut niveau pour que la qualité des interventions avec les élèves soit assurée», ajoute-t-elle, estimant que «quelques heures» de formation suffiront, aux yeux du ministère.

À ce jour, aucune personne chargée d'enseigner la sexualité n'a encore été choisie, aucune formation n'a été donnée.

Il reviendra aux commissions scolaires et surtout aux directeurs des écoles visées de recruter des «volontaires».

Mais «s'il y a personne qui veut, on fait quoi?», demande la présidente de la FQDE, de peur que les enseignants s'abstiennent, compte tenu du flou qui entoure la démarche. Car les enseignants «ne cognent pas aux portes» pour participer au projet, confirme Sylvain Mallette.

En Ontario, la ministre Liz Sandals a déchanté, le printemps dernier, en constatant que son cours d'éducation sexuelle suscitait la controverse, au point où de nombreux parents ont décidé de retirer leur enfant de la classe. La ministre a calmé le jeu en disant aux parents qu'ils avaient le droit de retirer leurs enfants de la classe.

Au Québec, ce serait difficile de faire de même puisque l'éducation sexuelle ne sera pas un cours en soi et n'aura pas de case-horaire définie. La matière sera intégrée aux cours réguliers ou fera l'objet d'activités. Ainsi, si c'est le professeur de français qui donne le cours, l'élève qui sortirait de la classe serait donc privé à la fois d'éducation sexuelle et de son cours de grammaire.

Le projet-pilote, «c'est un euphémisme que de dire que c'est de la broche à foin», ajoute Sylvain Mallette.

Ce qui n'arrange rien: ce projet survient en pleine période de négociations et de moyens de pression de la part des enseignants.

Le ministère de l'Éducation, qui planche depuis cinq ans sur ce projet visant à ramener l'éducation sexuelle dans les classes, affirme cependant que tout est en place pour assurer le succès du projet pilote. Il soutient que la matière enseignée tiendra compte de l'âge de l'enfant et de son développement et que la formation et tous les outils pédagogiques nécessaires seront fournis à temps aux écoles.

Le ministre François Blais a décliné une demande d'entrevue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer