Deux nouvelles associations pourraient naître des cendres de la FEUQ

Du côté du premier cycle de l'Université Laval,... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Du côté du premier cycle de l'Université Laval, quelques associations facultaires affiliées à l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) ont bouleversé un peu le processus de création du Projet pour le mouvement étudiant en menant sur les réseaux sociaux une campagne afin d'inciter la CADEUL à ne pas se joindre à la nouvelle association.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Au moins une, sinon deux nouvelles associations étudiantes nationales devraient renaître des cendres de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) en septembre. Les représentants d'associations des différentes universités du Québec ont en effet des réunions régulières durant tout l'été afin de jeter les bases de ces nouvelles structures.

Les deux nouvelles structures en préparation portent pour l'instant les noms de Projet pour le mouvement étudiant et de Table des régions. Certaines associations, comme l'Association des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIES), participent aux réunions des deux organisations, alors que d'autres n'assistent aux réunions que de l'une des deux.

Le projet pour le mouvement étudiant, auquel participent entre autres la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAECUM) et la Confédération des associations d'étudiants de l'Université Laval (CADEUL), a même déjà nommé deux personnes pour travailler en permanence à la mise en place d'une nouvelle association.

Ces deux permanents sont Caroline Aubry-Arel, une ancienne présidente de la CADEUL, et Guillaume Girard, qui était l'année dernière vice-président aux affaires académiques du premier cycle de l'Association étudiante de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal.

«Nous agissons comme coordonnateurs du projet. Notre rôle est de coordonner les travaux des associations. Nous avons des réunions et des discussions régulièrement, a déclaré Guillaume Girard au Soleil. Il reste encore du travail à faire. Nous voulons être prêts pour quand les associations auront à choisir.»

Quant à la Table des régions, qui existait déjà de façon informelle depuis environ un an, elle n'a pas encore nommé de personne pour oeuvrer à la mise en place de la structure.

Comme son nom l'indique, les associations intéressées à en faire partie se trouvent cependant beaucoup dans les universités situées à l'extérieur de Montréal et de Québec, exception faite de l'Association des étudiants du premier cycle de McGill, qui est, avec l'AELIES, l'un des groupes les plus importants au sein de la Table des régions.

Le président de l'AELIES, Stéphane Lebrun, indique d'ailleurs que les deux projets avancent très rapidement. «Notre vice-président aux affaires externes assiste à des réunions chaque fin de semaine», a-t-il commenté.         

Pas de favoritisme

Dans ces discussions, l'AELIES dit notamment s'intéresser au mode de votation et à l'importance d'avoir une instance dédiée aux cycles supérieurs. «On ne souhaite pas répéter les erreurs du passé», ajoute-t-il, se défendant de favoriser une association plutôt qu'une autre.

«Ce sont les associations qui, en bout de ligne, décideront de former une ou deux nouvelles associations nationales», poursuit M. Lebrun. Il serait fort surprenant que la FEUQ, qui est en dormance depuis plus de deux mois, survive aux exercices actuellement en cours.

Du côté du premier cycle de l'Université Laval, quelques associations facultaires affiliées à l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) ont bouleversé un peu le processus de création du Projet pour le mouvement étudiant en menant sur les réseaux sociaux une campagne afin d'inciter la CADEUL à ne pas se joindre à la nouvelle association.

La CADEUL et l'AELIES n'étaient plus membres d'aucune association nationale depuis la mort de la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) en 2014, à laquelle elles s'étaient jointes en 2009 après avoir quitté la FEUQ quatre ans plus tôt.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer