Bonification de l'après-mandat: Laval doit reculer, insiste le ministre

Le ministre de l'Enseignement supérieur François Blais soutient... (La Presse Canadienne, Clément Allard)

Agrandir

Le ministre de l'Enseignement supérieur François Blais soutient que l'Université Laval a enfreint les règles budgétaires en omettant de le prévenir des changements aux conditions d'emploi de la direction.

La Presse Canadienne, Clément Allard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au-delà des attaques personnelles, l'Université Laval n'a pas d'autre choix que de reculer sur la bonification de l'après-mandat de ses dirigeants parce qu'elle a «violé» les règles, affirme le ministre François Blais.

Au lendemain d'une sortie vitriolique du président du conseil d'administration de l'institution, John Porter, le ministre Blais s'est gardé d'en rajouter une couche. 

«L'essentiel, il me semble, est de revenir au calme», a déclaré le titulaire du portefeuille de l'Enseignement supérieur. 

Le ministre a été qualifié la veille de «fendant» et de «condescendant» par le président du CA.

M. Porter n'avait pas aimé que le ministre rappelle un mandat qu'il a reçu du précédent gouvernement et qu'il doute de son degré de connaissance du dossier de l'après-mandat. 

«Il faut éviter que les choses se personnalisent, a déclaré le ministre Blais. Quand ça se personnalise, on ne voit plus clair. Avant tout, c'est un débat de politique publique. Le Ministère a de bonnes relations avec l'ensemble des universités. On a un cas problématique ici.»

L'Université Laval ferait «une erreur» en empruntant la voie des tribunaux pour contester une coupe dans sa subvention pour compenser la bonification des conditions aux hauts dirigeants, selon lui. Il ne fait aucun doute dans l'esprit du ministre que l'institution a enfreint les règles budgétaires en omettant de le prévenir du changement aux conditions d'emploi de la direction. 

Aucune autre solution

«La règle est claire, affirme M. Blais. Cette règle-là a été violée par l'Université Laval. C'est pour ça qu'il faut reculer. [...] Ce qui est important, c'est qu'ils reviennent en arrière. Il n'y a pas d'autre solution. Il n'y a pas d'autre voie de sortie.»  

L'ex-doyen de la Faculté des sciences sociales assure que sa position ne découle en rien d'une amertume liée à sa défaite lors de la dernière course au rectorat face à l'actuel recteur, Denis Brière. «Mon prédécesseur [Yves Bolduc] avait aussi dénoncé cette bonification-là et avait demandé à l'Université de reculer, souligne M. Blais. Je ne fais que reprendre les paroles et l'alignement de mon prédécesseur.»

Du côté de l'opposition officielle, la porte-parole péquiste en matière d'enseignement supérieur, Véronique Hivon, déplore que «le débat s'envenime et se personnalise». Il s'agit d'une raison de plus, selon elle, pour convoquer les dirigeants de l'Université Laval en commission parlementaire pour éclaircir l'affaire. 

«Compte tenu du dialogue de sourds auquel on assiste, de l'augmentation de la tension dans le dossier, le mieux est de venir en commission parlementaire, note Mme Hivon. Pour le moment, ça ne donne pas une bonne image, ni pour le ministre, ni pour l'Université malheureusement.»

Le recteur Brière a bien prévenu la semaine dernière que, même s'il devra statutairement aller devant la Commission de la culture et de l'éducation l'automne prochain, il n'avait pas l'intention d'y parler de ses conditions d'emploi. Pour Mme Hivon, cette question est «inévitable». «Les parlementaires ont le loisir de questionner sur les sujets qui apparaissent importants, et ce sujet en est un, très certainement», affirme-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer