Services de garde scolaires: des coupes «chirurgicales», dit le ministre Blais

Le ministre de l'Éducation, François Blais... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, François Blais

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation, François Blais, assure que les compressions dans les services de garde en milieu scolaire seront «chirurgicales» et qu'elles pourraient être absorbées «sans coupures au niveau de l'offre et sans augmentation [de coûts] pour les parents».

Le ministre Blais réagissait en mêlée de presse à la nouvelle publiée vendredi par La Presse, selon laquelle le gouvernement s'apprêterait à réduire le financement des services de garde en milieu scolaire de 9% à 20%, voire 43% selon leur taille, et que les activités spéciales organisées durant les journées pédagogiques risquent de coûter plus cher aux parents.

«Les règles budgétaires sont en discussions. Il y a eu un travail préliminaire de fait par les fonctionnaires et les représentants des commissions scolaires, il y a eu une discussion sur les services de garde, et le comité de travail a identifié une avenue de compressions possibles, mais c'est très chirurgical comme compressions, c'est-à-dire qu'elles visent seulement les journées de service de garde qui sont à l'extérieur des journées régulières scolaires», a insisté le ministre Blais en marge d'une conférence de presse annonçant des investissements pour l'embellissement des cours d'école.

«Comme ce sont des services où il y a des surplus année après année, on a convenu autour de la table que ça pourrait être intéressant d'aller vers cette avenue. Il n'y aurait donc pas de surcharge pour les parents, et il n'y aurait pas de coupes de services. Pour nous, ça fait partie des conditions pour qu'on aille dans cette avenue», a poursuivi le ministre Blais, ajoutant qu'il n'y avait «pas de raisons pour qu'il y ait moins de sorties pendant les journées pédagogiques». «Il faut maintenir le niveau de service», a-t-il insisté.

Le ministre de l'Éducation a par ailleurs affirmé ne pas savoir de quel ordre étaient les surplus, précisant seulement que ceux-ci étaient «différenciés selon les commissions scolaires». M. Blais ne pouvait pas dire non plus si les coupes ne toucheront que les commissions scolaires affichant des surplus.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer