Cégep Garneau: le vote sur la désaffiliation de l'ASSÉ annulé

Les cours auront lieu aujourd'hui au Cégep Garneau,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les cours auront lieu aujourd'hui au Cégep Garneau, tout comme dans les autres cégeps, les professeurs ayant reçu l'ordre de la Commission des relations du travail de fournir leur prestation normale de travail.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La lourdeur des procédures de fonctionnement a complètement plombé l'assemblée générale de désaffiliation de l'association étudiante du Cégep Garneau. Les cégépiens devaient trancher à savoir s'ils voulaient ou non divorcer de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). Le vote n'a jamais eu lieu.

Réunis jeudi midi dans l'auditorium du cégep, les quelques centaines d'étudiants ont quitté la rencontre au terme de deux heures de procédures sans même avoir avancé d'un iota. Ils n'ont jamais pu voter sur l'objet de l'assemblée, soit une désaffiliation à l'ASSÉ, cette association étudiante nationale basée à Montréal connue pour ses manifestations contre l'austérité tenues ce printemps.

L'ASSÉ a notamment organisé le rassemblement du 26 mars devant l'Assemblée nationale, en marge du budget, au cours duquel une étudiante du Cégep Garneau avait été blessée à la bouche par un gaz lacrymogène. Elle était aussi derrière la CLASSE lors du Printemps érable de 2012. 

L'assemblée générale spéciale de jeudi avait été convoquée en raison du récent dépôt d'une pétition de 300 noms réclamant la désaffiliation de l'ASSÉ. Même que les nouveaux administrateurs de l'Association générale étudiante du Cégep François-Xavier Garneau (AGECFXG), élus au mois d'avril, ont tous milité en faveur du retrait de leur association de cette entité nationale. 

Campagne de 10 jours

Mais, malgré la volonté politique, la démarche a achoppé jeudi en raison des règles de fonctionnement de l'AGECFXG. Selon ses statuts, «une question doit être proposée pour qu'elle soit posée 10 jours plus tard en séance tenante», a expliqué Antoine Godin-Landry, porte-parole de l'association étudiante. En d'autres termes, une campagne d'information de 10 jours doit avoir lieu avant qu'il y ait un vote des étudiants. 

Or, comme c'est la fin de la session, il n'était pas possible de mettre en branle un tel processus, ont plaidé certains étudiants. L'un d'entre eux a déposé un avis de motion proposant de faire abstraction de cette période de 10 jours et de procéder au vote de désaffiliation immédiatement. Cette motion a été battue par l'assemblée, obligeant les étudiants à avancer selon les règles établies.

Devant les délais serrés - l'association étudiante ferme ses portes à la fin mai - d'autres étudiants ont proposé un référendum électronique au retour des vacances d'été. Encore là, en vertu des statuts de l'AGECFXG, un référendum doit absolument comprendre des boîtes de scrutin physiques et des scrutateurs, rendant impossible le vote par le système Omnivox.

Un vote papier à la prochaine session a enfin été discuté, mais un autre étudiant, voyant le temps avancer, a décidé de proposer la levée de l'assemblée, ce qui a été fait.

L'AGECFXG est donc toujours membre de l'ASSÉ et la question ne devrait pas refaire surface avant l'automne prochain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer