Plus qu'une poignée d'étudiants grévistes à Québec

La plupart des étudiants de Québec en grève... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La plupart des étudiants de Québec en grève contre les politiques d'austérité du gouvernement Couillard étaient de retour en classe lundi.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La plupart des étudiants de Québec qui avaient entamé un mouvement de grève contre les politiques d'austérité du gouvernement Couillard étaient de retour en classe lundi, alors qu'une seule association étudiante de l'Université Laval n'avait pas encore officiellement mis fin à ses moyens de pression.

Lundi après-midi, les 140 membres de l'Association des chercheurs étudiants en philosophie (ACEP) de l'Université Laval étaient les seuls à être officiellement toujours en grève. L'association qui regroupe les étudiants des deuxième et troisième cycles a voté lundi pour reconduire la grève jusqu'au 4 mai, une décision qu'elle pourra toutefois revoir lors de son assemblée du 21 avril.

La semaine dernière, leurs collègues du premier cycle réunis au sein de l'Association générale des étudiantes et étudiants prégradués en philosophie (AGEEP) avaient décidé de laisser tomber la grève, hormis une journée de grève ponctuelle le 1er mai.

Les membres de l'AGEEP avaient d'abord rejeté à 66 % la grève générale illimitée avec assemblées de reconduction aux sept jours ouvrables, à 60 % la grève jusqu'au 24 avril et à 51 % (34 pour, 41 contre, 5 abstentions) la grève jusqu'au 17 avril. 

Les étudiants en anthropologie, aux études internationales et langues modernes, ceux du premier cycle en arts visuels et en histoire de l'art étaient aussi de retour en classe lundi matin à la suite des assemblées tenues la semaine dernière qui avaient mis fin à la grève.

Le retour en classe s'est déroulé dans le calme. Selon le porte-parole de l'Université Laval, Samuel Auger, la présente session ne s'étirera pas au-delà du 1er mai malgré les jours de classe manqués dans certains programmes. «Toutes les mesures de rattrapage se feront à l'intérieur de la session actuelle», a-t-il assuré.

Essoufflement

Le mouvement de grève étudiante contre l'austérité perd des plumes à l'échelle provinciale depuis que l'ancien exécutif de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) a évoqué la possibilité de suspendre la grève ce printemps pour mieux la relancer l'automne prochain dans une lettre envoyée à ses associations membres.

Comme la suggestion n'avait pas plu à plusieurs associations, l'exécutif avait remis sa démission lors du congrès de l'ASSÉ à Valleyfield et avait ensuite été destitué de façon symbolique par les membres.

Le nouvel exécutif de l'ASSÉ avait ensuite appelé de nouveau à la mobilisation et à la reconduction de la grève, laissant toutefois aux associations étudiantes le soin de décider si elles poursuivent ou non la grève.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer