Accueillir plus d'enfants pour plus d'économies, suggèrent les CPE

L'Association québécoise des centres de la petite enfance estime... (Photothèque La Presse)

Agrandir

L'Association québécoise des centres de la petite enfance estime que près des trois quarts des 4000 nouvelles places que Québec entend créer cette année pourraient ainsi s'ouvrir rapidement et à coût nul.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plutôt que de couper dans leurs dépenses, les centres de la petite enfance (CPE) suggèrent d'accueillir plus d'enfants chaque jour afin de permettre à Québec d'économiser et d'optimiser les places existantes.

L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) a discuté vendredi avec le ministère de la Famille d'un scénario de son cru pour récupérer les 49,2 millions $ demandés aux quelque 1000 CPE pour 2015-2016.

«Il y a des familles qui pourraient, avec cette proposition, avoir accès à des places beaucoup plus vite que prévu, et le gouvernement serait gagnant politiquement d'aller dans ce sens», soutient le directeur général de l'AQCPE, Louis Sénécal.

Plutôt que de rogner dans son budget, un CPE pourrait accepter de prendre d'un à trois enfants de plus par jour, propose-t-il. Leurs parents paieraient le tarif quotidien, mais le gouvernement n'aurait pas à verser sa part de 53 $ par enfant.

Ces nouvelles places supplémentaires viendraient combler les absences du jour. Un enfant, pas toujours le même, pourrait être appelé à passer sa journée dans un autre groupe d'âge advenant que le sien soit complet. Et une «tolérance administrative» serait demandée au gouvernement pour les quelques fois «exceptionnelles» où il y aurait plus d'enfants que ne le permet le permis de l'installation.

L'association estime que près des trois quarts des 4000 nouvelles places que Québec entend créer cette année pourraient ainsi s'ouvrir rapidement et à coût nul. Une économie récurrente de l'ordre de 38 millions $ pour le Ministère, selon ses calculs. Un CPE qui ne souhaite pas prendre en charge plus d'enfants pourrait choisir une rationalisation de 2,95 % de son budget.

«C'est un des éléments qui contribuent à augmenter le taux de présence, souligne M. Sénécal. C'est clair. La ministre nous avait demandé de réfléchir à des solutions pour profiter au maximum des places existantes, des ressources qui sont au service des enfants, malgré les absences tous les jours.»

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a déjà exprimé sa préoccupation par rapport aux places «fantômes» dans le réseau. Elle a toutefois dû reculer quant à son approche punitive envers les parents qui inscrivent leurs enfants à plus de jours que nécessaire.

Québec peut envisager de récupérer une douzaine de millions de dollars dans les surplus des CPE dans la mesure où cela n'affecte pas leur capacité à faire face aux imprévus et à financer leur part de nouvelles installations, estime AQCPE.

Au cabinet de la ministre Charbonneau, on indique que la proposition de l'AQCPE est actuellement analysée. «Nous sommes en discussion et on veut que ça se fasse rondement pour que chacun sache ce qu'il va appliquer dans la prochaine année», affirme l'attachée de presse Léa Nadeau.

Partager

À lire aussi

  • CPE: les coupes de 74 M$ confirmées

    Société

    CPE: les coupes de 74 M$ confirmées

    Les réseaux des CPE et des garderies privées subventionnées ont reçu jeudi les règles budgétaires qui confirment l'application des compressions... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer