Explusion d'étudiants: le ministre Blais nuance ses propos

Le ministre de l'Éducation, François Blais, veut que... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, François Blais, veut que les recteurs des universités québécoises puissent faire respecter les règles dans leur établissement.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre François Blais s'est lui-même placé pour la première fois sur la défensive avec son invitation aux recteurs à expulser «deux ou trois étudiants par jour» pour «refroidir» certains grévistes.

Une déclaration faite sur les ondes de Radio X, mardi, a rattrapé le ministre sur la colline parlementaire. Au micro de Dominic Maurais, il a relaté une discussion récente avec les recteurs des universités québécoises.

«Je leur ai dit: «Vous avez les moyens d'agir», a-t-il affirmé. [...] Je comprends que vous ne voulez pas mettre de l'huile sur le feu. Mais je leur ai dit : "Prenez des mesures, des sanctions, ne serait-ce que deux ou trois étudiants par jour qui vont beaucoup trop loin, qui exagèrent...»

Les règlements des universités permettent aux recteurs d'aller jusqu'à l'expulsion de fauteurs de troubles, a-t-il noté. «Ils peuvent le faire, a-t-il souligné. S'ils le faisaient pour deux, trois personnes par jour, ça refroidirait, je pense, les ardeurs de certains.»

Il a ajouté qu'il s'agit d'une technique qui porte ses fruits avec les enfants. «Ça va faire réfléchir les autres, a-t-il affirmé. C'est clair. On fait ça avec les enfants quand on veut corriger leur comportement.»

Nuances

Mercredi, le ministre n'a pas reculé sur son analyse des moyens que doivent prendre les directeurs pour faire respecter les règles dans leur établissement. Mais il se montrait plus favorable à une gradation dans les sanctions. «L'effet de dissuasion, c'est l'assurance qu'il peut y avoir une conséquence aux gestes que l'on pose, a-t-il affirmé. En général, la première conséquence est un avertissement. [...] Ça peut aller vers d'autres sanctions. L'expulsion, c'est des situations assez limite, notamment lorsqu'il y a eu de la violence.»

Ceux qui «dépassent les bornes» sont ceux qui «s'attaquent aux biens ou aux personnes». «Il y a aussi un message à envoyer aux étudiants», a-t-il insisté.

Le précédent gouvernement péquiste s'est montré très favorable aux grévistes, a fait valoir le ministre Blais. Au point où deux des vedettes du mouvement étudiant, Léo Bureau-Blouin et Martine Desjardins, se sont présentées sous la bannière péquiste. Les recteurs, a-t-il dit, avaient besoin d'entendre de sa bouche la position du gouvernement libéral face aux moyens à leur disposition pour faire respecter l'ordre sur leur campus.

«Je n'ai pas proposé de quotas, surtout pas non plus l'expulsion, je redis que c'est important pour les directeurs d'établissement qu'ils puissent appliquer des sanctions», a déclaré M. Blais.

«De l'huile sur le feu»

La porte-parole péquiste en matière d'enseignement supérieur, Véronique Hivon, a appelé le ministre à se «ressaisir», mercredi. Pour elle, il s'agit d'une deuxième provocation du mouvement étudiant, après avoir prévenu qu'il n'y aurait pas de reprise des cours. «On en vient à se demander si le ministre ne veut pas attiser la grogne délibérément, a-t-elle analysé. Il jette de l'huile sur le feu. Ce ne sont pas les propos ni l'attitude dont on s'attend d'un ministre de l'Éducation.»

La députée de Joliette s'inquiète aussi que le ministre dise ne pas se souvenir de sa position sur la loi 78, la fameuse loi spéciale du printemps érable, lorsqu'il était doyen de la Faculté des sciences sociales. Elle déplore du même coup son «manque de leadership» dans le dossier de la hausse des conditions d'après-mandat «complètement indécentes» octroyées aux dirigeants de l'Université Laval. «Le ministre Blais accumule les déclarations consternantes», affirme-t-elle.

Du côté de la Coalition avenir Québec, le chef François Legault donne un écho plutôt favorable aux propos du ministre sur les sanctions aux étudiants délinquants. «Il devrait y avoir des pénalités importantes pour les étudiants qui en empêchent d'autres d'avoir accès à leur classe, a dit M. Legault. C'est peut-être un peu malheureux comme formulation de viser juste deux, trois étudiants. Mais moi, je pense que tous les étudiants qui bloquent l'accès aux cours devraient avoir des pénalités importantes.»

«Irresponsables» et «irrespectueux»

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) n'ont pas tardé à condamner les propos du ministre François Blais, les qualifiant d'«irresponsables», d'«irrespectueux» et de «condescendants». «Quand la nouvelle s'est mise à circuler sur les réseaux sociaux, on croyait à un poisson d'avril [...]. Provenant d'un ministre de l'Éducation, surtout dans le contexte qu'on connaît actuellement, ce sont des propos excessivement irresponsables», a commenté le président de la FECQ, Alexis Tremblay, selon qui la déclaration du ministre ne fera qu'attiser les tensions. «Lui qui a été pédagogue - il cumule plus de 20 ans d'enseignement -, je m'explique mal qu'il prône aujourd'hui la répression du dialogue comme solution, a poursuivi M. Tremblay. Depuis le début de ce conflit-là, la répression apporte plus de problèmes que de solutions. Il aurait eu avantage à inviter les universités au dialogue plutôt qu'à la répression.»

Les propos du ministre de l'Éducation ont également fait bondir le président de la FEUQ, Jonathan Bouchard. «C'est totalement irrespectueux et condescendant. De la part d'un ministre, ça n'a absolument pas sa place. Les étudiants sont la raison d'être de son ministère, il ne doit pas les traiter comme des enfants, mais comme des égaux, comme des citoyens», a déclaré M. Bouchard, qui invite le ministre Blais à adopter une attitude consensuelle. Élisabeth Fleury

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer