Nouvelles compressions: un trou de 11 millions $ pour l'Université Laval

Le vice-recteur principal de l'Université Laval, Éric Bauce... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le vice-recteur principal de l'Université Laval, Éric Bauce

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les nouvelles compressions imposées aux universités québécoises par le budget Leitão représentent un manque à gagner de 11 millions $ pour l'Université Laval, qui s'ajoute aux 47 millions $ de compressions auxquelles fait déjà face l'institution depuis juin dernier. Un trou de 58 millions $ qui s'est creusé en à peine neuf mois.

«On est très inquiets face à l'hémorragie financière qu'on est en train de vivre. Depuis le mois de juin dernier, c'est la troisième compression qu'on subit», signale le vice-recteur principal et au développement de l'Université Laval, Éric Bauce. «On a des solutions, depuis un an on en propose et on pense qu'il faut les mettre en application le plus rapidement possible», ajoute-t-il.

Dans le budget Leitão dévoilé jeudi, le ministre des Finances a jeté une nouvelle douche froide sur les universités en annonçant que leurs coffres seraient délestés de 103 millions $. «C'est le total par rapport au budget précédent, mais ça représente de nouvelles compressions de 73 millions $, puisque 50 millions ont déjà été coupés en novembre et décembre», précise le vice-recteur, qui se dit très inquiet des conséquences que cela aura sur l'accessibilité aux études.

Dans une lettre qu'il a fait parvenir aux médias, vendredi, M. Bauce présente des solutions proposées par les étudiants et les administrations universitaires dont «le gouvernement devrait s'inspirer». Ce sont des solutions «à coûts nuls, donc il n'y a aucune raison valable de ne pas les appliquer», insiste le vice-recteur.

M. Bauce préconise notamment le transfert d'une partie du budget d'investissements, qui sert aux infrastructures, dans le budget servant aux opérations de l'université. «On a 40 millions $ de budget d'investissements. On voudrait en prendre le quart pour pouvoir faire rouler nos opérations, engager des profs et former des étudiants [...] Oui, il faut entretenir nos infrastructures, mais laissez-nous la flexibilité d'absorber ces compressions-là», plaide-t-il à l'endroit du gouvernement.

Une autre avenue recommandée pour donner un peu d'air - et d'argent - aux universités serait de modifier la loi sur la formation de la main-d'oeuvre (loi 90), qui oblige les entreprises ayant une masse salariale de plus d'un million de dollars à investir 1 % de leur masse salariale en formation. «Il se déclare annuellement à peu près 1,1 milliard $ de dépenses [en formation de la main-d'oeuvre]. On pense qu'il devrait y avoir un continuum dans ces investissements-là dans la formation aux niveaux professionnel, technique et universitaire», indique M. Bauce, insistant sur le fait que cela ne coûterait «pas un sou» à l'État.

Un danger pour l'accessibilité

Avec les compressions effectuées depuis juin, les gestionnaires des universités au Québec, «à tous les matins, quand ils se lèvent, ils ont 1,3 million $ de moins pour gérer les institutions, assurer la qualité de l'enseignement et l'accessibilité à l'enseignement», déplore M. Bauce.

Le vice-recteur signale que de baisser le budget pour former les gens entraînera inévitablement une diminution du nombre de personnes formées sur les bancs universitaires, si l'on veut maintenir la qualité de la formation. «Il y a 140 000 diplômés de l'Université Laval dans la région de Québec, 275 000 diplômés dans le monde qui s'attendent à ce que leur diplôme ait une valeur. La qualité, on a une responsabilité de la conserver.»

«Est-ce qu'on va être obligé de dire un jour qu'on va prendre un petit nombre d'étudiants, les ultra-meilleurs, parce qu'on n'aura pas les moyens d'en former plus?» Pour l'instant, l'Université Laval tire la sonnette d'alarme et en appelle aux décideurs, qui ont «le choix de renforcer le contrat social ou... de le rompre!»

Lire la lettre d'Éric Bauce

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer