• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Éducation 
  • > Manifestation étudiante à Québec: «répression exagérée», dit la Ligue des droits et libertés 

Manifestation étudiante à Québec: «répression exagérée», dit la Ligue des droits et libertés

La première manifestation du printemps 2015 à Québec,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La première manifestation du printemps 2015 à Québec, tenue en soirée le 24 mars, s'est soldée par un total de 274 arrestations. Chaque manifestant arrêté a reçu un constat d'infraction en vertu de l'article 19.2 du règlement sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec. Ils ont tous été libérés par la suite.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La section Québec de la Ligue des droits et libertés (LDL-Qc) et le Regroupement d'éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de la Chaudière-Appalache (Répac 03-12) estiment que la police a fait un usage disproportionné de la force et a eu recours à des pratiques douteuses, voire illégales, lors de la manifestation de mardi soir dans la capitale.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le coordonnateur de la Ligue, Sébastien Harvey, exprime ses inquiétudes «face à l'utilisation d'une répression qui semble de loin exagérée». Les manifestants, écrit-il, ont simplement refusé de dévoiler leur itinéraire, «cela par principe, dans un contexte où le règlement en question est vivement dénoncé».

M. Harvey ajoute que, selon les témoignages, les manifestants étaient très calmes et ne représentaient aucune menace à l'ordre public. «Si l'objectif de la police était de maintenir la paix et l'ordre, elle aura manqué à son devoir de façon magistrale», dit-il.

La LDL-Qc et le RÉPAC 03-12 font partie des nombreuses organisations qui dénoncent l'article 19.2 du Règlement sur la paix et le bon ordre, qui impose d'informer le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) de l'heure et du lieu ou de l'itinéraire d'une manifestation. «Ce règlement, tout comme son équivalent montréalais (P-6), impose des contraintes excessives et par surcroît inutiles au droit de manifester», estime M. Harvey.

Les méfaits sont de toute façon déjà encadrés par le Code criminel, rappelle le coordonnateur de la Ligue. Et s'il y a eu méfait mardi soir, ce serait bien plutôt de la part des policiers, qui auraient mené des assauts extrêmement agressifs et blessé certains manifestants, déplore M. Harvey.

Retenue demandée

Vania Wright-Larin, du RÉPAC 03-12, estime pour sa part que «ce qui s'est passé n'a rien à voir avec la sécurité du public et encore moins avec celle des manifestants».

«C'est de la répression politique, s'indigne-t-il. [...] On souhaite sincèrement que la population ouvre les yeux sur cette réalité. Tôt ou tard, ce ne sera plus que les étudiants qu'on réprimera, mais leurs parents, leurs grands-parents, leurs oncles et leurs tantes, comme cela s'est produit en 2012.»

Tant le RÉPAC 03-12 que la LDL-Qc demandent au SPVQ de faire davantage preuve de retenue, de discernement et de respect envers les manifestants au cours des prochaines semaines, alors que d'autres manifestations sont prévues.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer