Plan de redressement à l'ENAP: coupes douloureuses

L'ENAP, située en plein coeur du quartier Saint-Roch,... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'ENAP, située en plein coeur du quartier Saint-Roch, doit couper 3,6 millions $ dans ses dépenses afin de pouvoir boucler son prochain budget.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plombée par des compressions et une baisse de clientèle, l'ENAP a adopté vendredi un douloureux plan de redressement de ses finances.

Le conseil d'administration de l'École nationale d'administration publique (ENAP) s'est réuni vendredi pour entériner une «série de mesures» pour couper 3,6 millions$ dans un budget total de 33,6 millions $.

Le Soleil a fait état en janvier de la somme de 1,3 million $ en compressions imposées à l'institution de la basse ville par le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. Mais à cela s'ajoute un montant de 1,8 million $ lié à une perte de clientèle et à une baisse de revenus de 500 000 $ dans les formations et les contrats de recherche.

«Il y a eu une première vague d'annonces qui s'est faite en janvier», rappelle Patrick Bélanger, de l'ENAP. Chacune des unités avait vu ses budgets révisés à la baisse. «Certains employés contractuels n'ont pas été renouvelés. On a pourvu les postes à l'interne, et il y a un laboratoire de recherche qui a été fermé.»

Il n'a pas été possible de connaître vendredi les mesures particulières adoptées par l'ENAP pour se serrer la ceinture encore davantage. Pour le représentant syndical des employés de soutien, Éric-Jan Zubrzycki, du Syndicat canadien de la fonction publique, la solution passera inévitablement par de nombreux licenciements. Il s'attend à ce que 10 des 80 employés de soutien sur les campus de Québec, de Montréal et de Gatineau soient mis à pied.

«Il faut qu'ils aillent chercher cela dans la masse salariale, affirme-t-il. L'ensemble des groupes sont visés. Plus particulièrement le personnel de soutien et les professionnels, mais même les cadres vont être affectés. Les professeurs vont avoir plus de cours à donner, ce qui veut dire que des chargés de cours n'auront plus de job. Ça déboule partout.»

Le projet de loi 10 blâmé

La baisse de clientèle observée depuis 2013 est directement liée aux coupes dans les budgets de formation des ministères, estime le conseiller syndical. Une autre source évoque le projet de loi 10 qui abolit 1300 postes de cadre dans le système de santé.

«Cette baisse de clientèle fait en sorte qu'il y a moins de budget, évoque M. Zubrzycki. C'est vraiment le chien qui mord sa queue. Compte tenu des coupes sur la formation dans la fonction publique, on aura vraisemblablement une baisse d'étudiants encore l'an prochain.»

Selon lui, l'école finira par avoir de la difficulté à assumer sa mission, celle de former une fonction publique efficace et compétente. L'ENAP compte près de 2000 étudiants répartis sur ses différents campus.

Partager

À lire aussi

  • La direction de l'ENAP contestée

    Éducation

    La direction de l'ENAP contestée

    La volonté du directeur général de l'ENAP d'obtenir un second mandat suscite du mécontentement au sein de l'établissement, a appris Le... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer