Aide aux devoirs: des parents interpellent le ministre Blais

Dans certaines écoles, des parents ont déboursé pour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans certaines écoles, des parents ont déboursé pour que leur enfant puisse obtenir de l'aide aux devoirs.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le nouveau ministre de l'Éducation, François Blais, doit empêcher que les commissions scolaires puissent à nouveau sabrer l'aide aux devoirs cette année, exhortent des parents de la région de Québec.

À la commission scolaire des Découvreurs, le budget pour l'aide aux devoirs a fondu de 219 000 $ en 2013-2014 à 95 000 $ cette année. «C'est au-delà de 50 % en moins», déplore la présidente du comité de parents de cette commission, Lyne Watier.

Les appels du précédent ministre à ne pas réduire les services aux élèves n'ont pas été entendus à bien des endroits au Québec. Idem pour la résolution adoptée par l'Assemblée nationale en octobre qui envoyait la même «directive claire» aux commissions scolaires.

En décembre, le comité de parents présidé par Mme Watier a adopté une résolution pour dénoncer les compressions faites dans l'aide aux devoirs et réclamer que la commission scolaire des Découvreurs rétablisse le budget annuel.

Dans certaines écoles, des parents ont déboursé pour que leur enfant puisse obtenir de l'aide aux devoirs. Dans d'autres, la fondation de l'école, financée par les parents, a participé au maintien du service. Des professeurs ont aussi pris du temps de classe pour offrir une attention particulière à des élèves.

«Est-ce qu'il y a eu des élèves qui n'ont pas eu le service? Les directeurs nous disent que oui, indique Mme Watier. C'est sûr et certain. Il n'a pas été offert.»

Le comité de parents demande au ministre Blais de s'assurer que le prochain budget du Québec permettra de rétablir les budgets destinés à l'aide aux devoirs. Il veut aussi qu'une règle spécifique empêche les commissions scolaires d'atteindre ses objectifs budgétaires en réduisant les services aux élèves.

«C'est primordial»

Au cabinet du ministre, l'attachée de presse Julie White assure que la préoccupation du comité est prise en considération. «On réitère que le service aux élèves et l'aide aux devoirs, c'est primordial, indique-t-elle. On s'attend à ce que les commissions scolaires fassent les efforts nécessaires sans toucher au service aux élèves. La situation soulevée par le comité de parents nous interpelle. On a demandé des explications à la commission scolaire.»

Au ministère de l'Éducation, on explique que la loi prévoit que les commissions scolaires consultent les conseils d'établissement et les comités de parents avant de répartir ses subventions et le produit de la taxe scolaire.

«Le Ministère laisse désormais le choix des moyens à utiliser par les commissions scolaires en fonction des besoins locaux, indique Esther Chouinard, porte-parole au ministère de l'Éducation. Une commission scolaire pourrait décider d'investir dans une mesure particulière alors qu'une autre choisira un autre moyen mieux adapté à la réalité de sa clientèle scolaire.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer