Découverte d'amiante dans une école: les élèves pourront revenir en classe

Comme aucune trace d'amiante n'a été décelée dans... (Photothèque le Soleil)

Agrandir

Comme aucune trace d'amiante n'a été décelée dans l'air, les élèves et le personnel pourront réintégrer les locaux de l'école Sainte-Ursule d'Amqui.

Photothèque le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Amqui) Après la découverte d'amiante dans un mur de l'école Sainte-Ursule d'Amqui, dans la Matapédia, les élèves et le personnel pourront retourner en classe, dès aujourd'hui, l'esprit en paix. La Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) n'a trouvé aucune trace de la substance jugée dangereuse à l'intérieur du bâtiment et, par conséquent, a conclu qu'il n'y avait aucun risque ni danger pour la santé

La matière a été décelée vendredi lors de travaux de rénovation. «C'est en perçant un mur que s'est dégagé l'amiante», raconte la présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées, Céline Lefrançois. L'organisme avait immédiatement demandé l'intervention de la CSST afin de se rendre sur les lieux pour y effectuer une analyse, notamment pour savoir s'il y en avait dans l'air. Lundi, par mesure préventive, la Commission scolaire avait interdit l'accès à l'école, tant des élèves que du personnel.

Comme il n'y avait pas de cours en raison d'une journée pédagogique, le service de garde, qui était ouvert, avait été relocalisé à l'école Caron d'Amqui, tandis que l'école secondaire Armand-Saint-Onge, située dans la même municipalité, avait mis des locaux à la disposition de enseignants.

Ce n'est pas la première fois que la Commission scolaire des Monts-et-Marées est aux prises avec la découverte d'amiante. «Ça fait des années qu'on en découvre à l'école Armand-Saint-Onge, chaque fois qu'on fait des rénovations, signale la présidente de l'organisme. L'amiante était utilisé dans la plupart des constructions de ces années-là.»

L'école Sainte-Ursule dispense les programmes du préscolaire et du primaire. Elle abrite aussi le Centre d'éducation des adultes de la Vallée qui, lui aussi, avait fermé ses portes. Par contre, les locaux de la MRC de La Matapédia, qui sont situés au dernier étage du même bâtiment, étaient demeurés ouverts, étant donné que les travaux qui ont dégagé l'amiante avaient été réalisés au rez-de-chaussée.

L'édifice, construit en 1948, est inscrit au Répertoire du patrimoine culturel du Québec, particulièrement pour son histoire et son architecture inspirée du «dombellotisme», un courant découlant de l'oeuvre du moine-architecte Dom Bellot (1876-1944).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer