Fouille à nu d'une élève: un expert indépendant mandaté pour enquêter

«Nous allons demander à une personne externe et... (Photo La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

«Nous allons demander à une personne externe et indépendante à la commission scolaire d'évaluer qu'est-ce qui s'est passé, de faire rapport et, à ce moment, on jugera selon les faits qu'est-ce qui doit être fait dans le futur», a mentionné mercredi le ministre Yves Bolduc.

Photo La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a mandaté un expert indépendant pour enquêter sur la mise à nu d'une élève de l'école secondaire Neufchâtel dont on a fouillé les vêtements car elle était soupçonnée de vendre de la drogue. Il a aussi évoqué la possibilité de resserrer les règles entourant cette pratique.

L'adolescente de 15 ans a dit s'être sentie «violée» lorsqu'elle a rapporté son récit au Journal de Québec en début de semaine. Les événements remontent au 12 février.

Mardi, le ministre Bolduc avait défendu la fouille controversée. «Il y a des raisons pour lesquelles on peut être obligé de faire des fouilles, mais l'important, c'est qu'on respecte la loi et qu'on respecte le cadre qui a été émis et que ça se fasse dans le respect de la personne», avait-il mentionné.

Mercredi, lors de la période de questions à l'Assemblée nationale, la députée péquiste Nicole Léger a demandé au ministre d'interdire cette pratique, en rapportant les propos de l'avocate criminaliste Véronique Robert.

«Une fouille à nu n'est pas une fouille sommaire. Le ministre de l'Éducation dit que la fouille à nu est faisable dans certaines circonstances. En fait, il ne distingue pas la fouille sommaire et la fouille à nu.» Elle [Me Robert] a aussi ajouté que «les écoles n'ont pas le pouvoir de faire des fouilles à nu», a soutenu la critique en matière d'éducation.

«Nous en avons fait la réflexion [...] Nous allons demander à une personne externe et indépendante à la commission scolaire d'évaluer qu'est-ce qui s'est passé, de faire rapport et, à ce moment, on jugera selon les faits qu'est-ce qui doit être fait dans le futur [...] Il y en a qui sont pour, il y en a qui sont contre, il y en a qui sont... tout simplement qu'on aurait dû faire différemment», a répliqué le ministre.

Mme Léger s'est aussi insurgée du fait que les parents de la jeune fille n'ont pas été informés de la fouille que subissait leur enfant. Selon elle, il s'agit d'un manquement de la direction. M. Bolduc a réitéré son intention d'avoir toute l'information avant de porter un blâme.

La députée de Pointe-aux-Trembles demande au ministre d'interdire immédiatement les fouilles à nu dans les écoles. Selon elle, il serait préférable d'établir un cadre strict pour permettre des fouilles sommaires (par palpation). Les parents du mineur concerné devraient en être avertis.

Appui de Couillard

De passage au Colisée de Québec et questionné sur le dossier, le premier ministre Philippe Couillard a appuyé mercredi son ministre en assurant que son gouvernement se penchera sur la question. Les deux priorités pour lui sont de s'assurer que la directive sur la fouille à nu est «conforme à la sécurité pour les enfants dans les écoles mais également aux droits des gens». S'il s'avérait que non, on vérifiera «comment on fait pour la rendre mieux ou l'améliorer», a-t-il soutenu.

Avec Stéphanie Martin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer