Réforme scolaire: «ça va s'améliorer», croit Bolduc

Comme ses prédécesseurs, Yves Bolduc se dit préoccupé... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Comme ses prédécesseurs, Yves Bolduc se dit préoccupé par l'écart de réussite entre les filles et les garçons, ainsi que par le niveau de décrochage scolaire de ces derniers, une situation commune à l'ensemble des pays de l'OCDE.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, refuse de considérer comme un échec la réforme scolaire décidée à la fin des années 90.

À l'instar du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, il ne veut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Mais il croit que des ajustements sont nécessaires.

«Il y a des éléments qui nous préoccupent. On va s'en occuper. On veut améliorer l'apprentissage entre autres au niveau de la littératie des langues, au niveau du français et également au niveau de l'anglais», dit le ministre Bolduc.

Il commentait une étude commandée par son ministère à une équipe dirigée par le professeur Simon Larose de l'Université Laval. Ses travaux concluent que cette réforme, connue sous l'expression de renouveau pédagogique, n'a pas rempli ses promesses; qu'elle a accru les problèmes des élèves en difficulté.

Cette étude prend seulement en compte les premières cohortes des élèves de la réforme, contextualise le ministre. Avec le temps, on pense «que ça va s'améliorer».

«Plus ça va aller, mieux ça va aller.»

Comme ses prédécesseurs, Yves Bolduc se dit préoccupé par l'écart de réussite entre les filles et les garçons, ainsi que par le niveau de décrochage scolaire de ces derniers. Une situation commune à l'ensemble des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Il présentera d'ici quelque temps «un plan d'action» ayant l'ambition d'améliorer la réussite scolaire des élèves québécois. On comprend que ce plan mettra l'accent sur les connaissances et pas seulement sur les compétences.

Si le ministre refuse le mot échec, c'est aussi parce que les jeunes Québécois tirent relativement bien leur épingle du jeu dans les tests de classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves).

Le mot échec apparaît trop gros aussi aux oreilles du chef caquiste, François Legault. La réforme n'est pas responsable de tout, dit-il. «Sur le fond», lui-même «continue de penser que c'est une bonne réforme».

Peut-être y a-t-il eu des lacunes du côté de la formation des enseignants, poursuit encore M. Legault. Il rappelle que certains syndicats ont boycotté les changements proposés lorsqu'ils ont été lancés. Des enseignants n'y ont pas pleinement adhéré.

Mal-aimée

Cette réforme alimente les polémiques depuis son lancement. Déjà en 2000, le premier ministre Lucien Bouchard en appelait au retour des bulletins scolaires «à l'ancienne».

En 2008, Pauline Marois, qui était ministre de l'Éducation lors du lancement, soutenait que les déboires étaient dus aux libéraux.

«J'ai engagé une réforme sur la base de faire en sorte que nos enfants sortent de l'école en sachant lire, écrire et compter, disait-elle. La réforme a été bien engagée, mais on l'a abandonnée en cours de route. Elle a pris toutes sortes de tournures dont je ne suis pas responsable.»

Pour le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, la dernière chose dont le Québec a besoin «est d'une autre réforme» scolaire.

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Les faux remèdes du ministre Bolduc

    Éditoriaux

    Les faux remèdes du ministre Bolduc

    C'est déjà navrant qu'une étude arrive au constat que la réforme en éducation, qui a mobilisé argent et énergie pendant des années au Ministère, dans... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer