Des programmes de formation bilingues à Mérici

À la rentrée 2015, le collègue proposera trois... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À la rentrée 2015, le collègue proposera trois programmes bilingues aux étudiants.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Il y a des dirigeants d'entreprise qui vont s'écrier : «Enfin! De la main-d'oeuvre bilingue se pointe à l'horizon.»

À la rentrée 2015, Mérici collégial privé - autrefois le Collège Mérici - proposera trois programmes bilingues aux étudiants.

Des cours des programmes préuniversitaires de sciences humaines et de sciences de la nature seront offerts en français à 60 % et en anglais à 40 %. «Évidemment, les parcours réguliers entièrement en français continueront d'être offerts», a expliqué la directrice générale de l'établissement privé d'enseignement collégial de 1200 étudiants, Nicole Bilodeau.

«Quant au diplôme d'études collégiales [DEC] en comptabilité et en gestion, il sera offert uniquement en cheminement bilingue, soit 50 % des cours en français et 50 % des cours en anglais, afin de mieux répondre aux exigences et aux particularités du monde des affaires», a annoncé, lundi, Mme Bilodeau en conférence de presse.

À son avis, la jeune génération est prête à faire face à la musique.

«Depuis plusieurs années, les écoles primaires consacrent une place plus grande à l'enseignement de l'anglais. Au secondaire, les programmes en anglais intensif sont légion. Toutefois, quand l'étudiant arrive au niveau collégial, les programmes d'étude se donnent soit majoritairement en français, soit majoritairement en anglais. Il n'y a presque rien entre les deux. Comme si l'étudiant devait choisir l'un ou l'autre. À Mérici, ça sera l'un et l'autre», a soutenu Nicole Bilodeau.

Pour septembre prochain, le collège souhaite former une cohorte (entre 25 et 30 étudiants) pour chacun des trois nouveaux programmes bilingues. Pour être éligible, l'étudiant devra posséder un niveau d'anglais intermédiaire fort ou avancé. «Pour assurer la réussite des francophones inscrits dans ces programmes, l'institution va déployer des mesures de soutien appropriées», a indiqué le directeur des études, Pierre Richard.

La concurrence entre les cégeps pour attirer les étudiants est féroce.

«Avec la démographie qui joue contre nous, les établissements se doivent d'innover», a martelé Nicole Bilodeau en rappelant que Mérici l'avait fait, l'an dernier, en proposant un DEC en sciences humaines qu'un étudiant peut terminer en une seule année.

Au-delà de cette compétition, Mérici tient surtout à se coller à la réalité vécue à Québec.

«Même si nous évoluons dans un environnement francophone, le milieu des affaires n'a plus de frontières et commande l'embauche d'une main-d'oeuvre qualifiée, mais aussi bilingue», a-t-elle insisté.

Mariage parfait

L'initiative du collège ayant pignon sur rue à deux pas des plaines d'Abraham a fait sauter de joie le président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, Alain Aubut.

Il y a belle lurette que la Chambre se fait le porte-voix des entrepreneurs qui n'arrivent pas à recruter de personnel bilingue. «Nos entreprises ne transigent plus seulement dans leur cour, mais partout sur la planète. Il est essentiel qu'elles puissent communiquer avec leurs clients dans plusieurs langues. L'anglais, d'abord. L'espagnol, ensuite. Et pourquoi pas le mandarin?»

«Quand le monde de l'éducation répond aussi bien aux besoins de celui des affaires comme le fait Mérici, nous assistons à un mariage parfait», a soutenu le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad. «Oui, l'école a une fonction de former et d'éduquer les jeunes, mais aussi de répondre aux besoins du marché.»

«C'est une question de compétitivité pour nos entreprises», a souligné le pdg de l'Hôtel de Glace, Jacques Desbois, en soulignant que la connaissance d'une deuxième langue permettait d'ouvrir un monde de possibilités pour les jeunes.

Étant donné que son entreprise fonctionne l'hiver, M. Desbois souligne que le recrutement de main-d'oeuvre spécialisée ne lui cause pas trop de nuits blanches. Il compte sur le fait que l'industrie du tourisme est en hibernation et fait appel à des guides touristiques, par exemple, qui sont disponibles à cette époque-ci de l'année.

Pour en savoir davantage sur les programmes bilingues de Mérici : www.merici.ca/etudes/program mes_detudes.html

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer