Le préscolaire menacé dans deux écoles de Portneuf

Dès l'automne, les élèves du préscolaire de l'école... (Collaboration spéciale, Johanne Martin)

Agrandir

Dès l'automne, les élèves du préscolaire de l'école Saint-Charles-de-Grondines pourraient devoir fréquenter l'école d'un village voisin.

Collaboration spéciale, Johanne Martin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Martin
Le Soleil

(Donnacona) Un vent de protestation souffle sur la commission scolaire de Portneuf. Pour combler une partie du déficit de 681 000 $ lié aux coupes imposées par le gouvernement, des élèves du préscolaire des municipalités de Saint-Alban et de Deschambault-Grondines pourraient devoir fréquenter l'école d'un village voisin dès l'automne 2015.

La mesure qui prévoit le déplacement des enfants de cinq ans des écoles du Goéland et Saint-Charles-de-Grondines ne plaît pas du tout aux parents, qui crient à l'injustice. À l'occasion d'une consultation publique qui s'est tenue mardi soir à Donnacona, ceux-ci ont manifesté haut et fort leur mécontentement.

«Pour nous, c'est le début de la fin de l'école, ce qui aura une répercussion importante sur le village, sur sa capacité à attirer de jeunes familles», dénonce une mère de Saint-Alban, Anne-Marie Melançon. «Pourquoi des adultes responsables ont comme solution des enfants de cinq ans?» s'interroge pour sa part Denis Piché, un autre parent.

Cette année, les deux établissements comptent 14 élèves d'éducation préscolaire. En 2015-2016, ils seront 16 à faire leur entrée en classe. La commission scolaire propose de répartir les nouveaux venus dans les cinq autres écoles du secteur ouest de Portneuf, ce qui permettrait de réaliser des économies de 180 000 $.

«Cette mesure assure le maintien du service du préscolaire dans l'ouest tout en respectant le principe d'équité à l'égard de la répartition des ressources. Il faut aussi savoir que le préscolaire est un service optionnel et que les parents ont le choix de garder l'enfant à la maison», a exposé le directeur général de l'organisation, Jean-Pierre Soucy.

À plusieurs reprises, le gestionnaire a dû se défendre de vouloir, à terme, fermer les deux établissements. «Les écoles ne sont pas menacées d'aucune façon. La commission scolaire vous demande un appui», a-t-il répété, indiquant au passage que les décisions concernant l'organisation scolaire étaient prises sur une base annuelle.

Une fusion qui inquiète

Quelques participants se sont par ailleurs montrés inquiets de l'impact possible d'une fusion avec les commissions scolaires des Découvreurs et de la Capitale, faisant valoir qu'il serait peut-être plus prudent de surseoir à la mesure, puisque la «nouvelle mégastructure» risquait d'être sans pitié pour les petites écoles.

Présent dans la salle, le député Michel Matte a quant à lui offert son aide et invité les conseils d'établissement et la direction de la commission scolaire à se réunir pour trouver une solution. À l'issue de la soirée, il a finalement été convenu que les commissaires réévalueraient la situation lors d'une séance publique extraordinaire lundi soir prochain.

Au total, le plan de redressement présenté le 26 novembre comporte 18 mesures. Outre le réaménagement du préscolaire, l'offre de cours d'été en ligne, la révision des ententes municipales-scolaires et la vente d'un terrain figurent au nombre de celles-ci. La commission scolaire de Portneuf gère un budget annuel de près de 70 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer