Non aux résidences étudiantes à l'Université Laval

Les résidences étudiantes auraient été situées dans deux... (Photo fournie par l'Université Laval)

Agrandir

Les résidences étudiantes auraient été situées dans deux bâtiments en face des résidences des pavillons Alphonse-Marie-Parent et H.-Biermans-L.-Moraud, alors que le pavillon des étudiants aurait été construit en face du pavillon Desjardins. Les formes projetées sur cette photo (en blanc) permettent d'établir le volume des bâtiments, mais ne représentent en rien le concept architectural.

Photo fournie par l'Université Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Les étudiants de l'Université Laval ont tranché: ils refusent de financer de nouvelles résidences étudiantes, ce qui pourrait signifier l'arrêt de mort de ce projet de 70 millions $.

Lors d'un référendum qui s'est terminé vendredi, les étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs ont refusé à 56 % de verser 10 $ par session pendant 20 ans pour financer le «quartier de la vie étudiante».

Ce projet comprenait de nouvelles résidences au coeur du campus pouvant loger de 400 à 600 personnes, dont des familles, de même qu'un pavillon des étudiants abritant une maison internationale et des infrastructures pour faciliter les transports actifs et collectifs.

Le vice-recteur principal, Éric Bauce, avait récemment indiqué au Soleil que la participation des étudiants, qui représente 30 % du montage financier, était «essentielle» à la réalisation du projet.

Éric Bauce, vice-recteur principal et responsable du projet à l'Université Laval, n'était pas disponible pour une entrevue vendredi. Voici tout de même la déclaration qu'on nous a transmise par courriel: «Nous allons continuer à travailler et à peaufiner le projet avec nos étudiants de façon à répondre à leurs attentes en matière de bonification de leur milieu de vie», a indiqué M. Beauce.

Selon la CADEUL, l'association qui représente les étudiants de premier cycle, la direction a clairement affirmé que la participation des étudiants était une «condition sine qua non» à la réalisation du projet, explique sa présidente Caroline Aubry-Abel. Cette dernière souligne que ce résultat ne veut pas dire que les étudiants ne veulent pas de nouvelles résidences, mais plutôt qu'ils ne sont pas prêts à y contribuer financièrement.

Impact Campus

Par ailleurs, 58 % des étudiants de premier cycle, représentés par la CADEUL, ont refusé d'augmenter leur cotisation au journal étudiant Impact Campus, qui était menacé de disparition en raison de sérieuses difficultés financières. Les étudiants des cycles supérieurs, représentés par l'AELIES, ont toutefois accepté de doubler leur cotisation, qui se situera maintenant à 1 $.

«C'est sûr que ça donne un coup de main. Le journal va rester en vie, mais il y aura quand même des choix à faire», a lancé le directeur général, Simon La Terreur.

Le taux de participation des étudiants du premier cycle à ce référendum est de 13,65 %. Aux cycles supérieurs, il est de 12,9 %. Pour que l'exercice soit valide, au moins 10 % des étudiants devaient y participer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer