Cégep de Matane: deux jours de fermeture pour protester contre les compressions

Le cégep de Matane... (Collaboration spéciale, Romain Pelletier)

Agrandir

Le cégep de Matane

Collaboration spéciale, Romain Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daphnée Dion-Viens, Carl Thériault
Le Soleil

(Québec et Matane) Geste inusité dans le réseau collégial : le Cégep de Matane suspend les cours pendant deux jours afin de protester contre les nouvelles compressions exigées par Québec. Les employés s'engagent par ailleurs à sacrifier deux journées de salaire afin de préserver les services aux étudiants.

La semaine dernière, le gouvernement Couillard a annoncé aux directeurs des cégeps une nouvelle vague de compressions de 19 millions $ pour l'année 2014-2015, qui s'ajoutent aux 22 millions $ déjà prévus.

Au Cégep de Matane, ces coupes représentent un total de 350 000 $ pour l'année en cours, sur un budget de 15 millions $. L'établissement avait déjà prévu un budget déficitaire, avant même l'annonce de cette deuxième vague de compressions.

En signe de protestation, le Cégep organisera, les 25 et 26 novembre, des journées «de réflexion et d'études». Au programme : conférences sur l'austérité budgétaire, le développement régional et la solidarité accompagnées d'une manifestation dans les rues de Matane. Les étudiants, le personnel et d'autres acteurs locaux sont invités à y participer.

De plus, les enseignants, les employés de soutien, les professionnels et les cadres se sont engagés à verser l'équivalent de deux jours de salaire à la Fondation du Cégep, afin de contribuer à la sauvegarde des services offerts aux étudiants. Cette initiative pourrait permettre de récupérer environ 100 000 $.

«Assez, c'est assez, on se mobilise», a lancé au Soleil Rémi Massé, directeur du Cégep de Matane, qui parle d'un «geste de solidarité sans précédent» pour dénoncer les compressions. M. Massé, qui espère faire reculer le gouvernement, souhaite que la mobilisation s'étende à tout le réseau collégial.

Au syndicat des enseignants du Cégep de Matane, la présidente Frances Dionne explique que cette position a été prise «parce que les enseignants ne travaillent pas seuls, en silo, dans un cégep».

Initiative «intéressante»

De son côté, le président de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne, n'a pas voulu commenter directement cette «initiative locale» mardi, affirmant tout de même que cette mobilisation illustre «à quel point les cégeps sont poussés dans leurs derniers retranchements».

À la Fédération des enseignants de cégep (FEC-CSQ), on trouve l'initiative «vraiment intéressante». Il est toutefois difficile de prévoir si l'opération fera boule de neige puisque le Cégep de Matane se trouve dans une situation particulièrement précaire, souligne son président, Mario Beauchemin.

Au cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur, Yves Bolduc, on a refusé mardi de commenter cette décision. La semaine dernière, M. Bolduc a affirmé que les cégeps peuvent absorber ces compressions sans toucher aux services aux élèves, une affirmation qui a fait bondir les directeurs généraux des collèges.

Depuis quatre ans, les cégeps ont été privés de 109 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer