Élections scolaires: un taux de participation abyssal

Ce bureau de vote de l'école des Berges,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Ce bureau de vote de l'école des Berges, à Québec, était bien tranquille dimanche matin.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À son plus bas en 2007, le taux de participation aux élections scolaires a complètement piqué du nez, dimanche, dans la grande région de Québec. La chute est phénoménale, de l'ordre de 50 % dans certaines circonscriptions.

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, a laissé le sort des commissions scolaires entre les mains des électeurs, il y a quelques semaines. «Si vous croyez que les commissions scolaires sont importantes, on vous demande de l'exprimer en allant voter», avait-il affirmé en point de presse. M. Bolduc a voté, dimanche matin, ce qui le place parmi une minorité d'électeurs qui se sont prévalus de leur droit de vote dans la région de Québec.

La pire chute de participation s'est produite à la commission scolaire des Premières-Seigneuries. En 2007, 6,9 % de la population s'était présentée aux urnes. Moins de la moitié est revenue, alors que 3,1 % des électeurs se sont rendus dans les bureaux de vote entre 10h et 20h, dimanche.

Les isoloirs ont également été désertés à la commission scolaire de la Capitale, où un total de 7727 personnes ont exercé leur devoir de citoyen, soit 3,92 % des inscrits à la liste électorale.

Aux commissions scolaires des Découvreurs et des Navigateurs, les taux de participation ont été respectivement de 4,4 % (à 17h) et de 4,75 %, comparativement à 6,8 % et 7,1 % en 2007.

Dan Edmunds, employé supervisant la journée de scrutin dans un bureau de vote du quartier Limoilou, était «satisfait» du déroulement de la journée. Sans surprise à la vue des données de participation, «il n'y a pas eu d'attente».

M. Edmunds convient que le taux d'affluence est décevant. «Des électeurs m'ont raconté que certaines radios de Québec avaient lancé un appel à ne pas voter», s'est-il désolé. Un argument qui est revenu souvent au courant de la journée. Le boycottage assumé des élections scolaires de certains députés de la Coalition avenir Québec, dont celui du chef François Legault, n'a sûrement pas aidé non plus, a-t-il ajouté.

Une électrice croisée par Le Soleil en début de soirée a raconté s'être déplacée sans réellement savoir pour qui, mis à part un nom, elle allait voter. «Quelqu'un m'a appelé à l'heure du souper pour me dire d'aller voter», a-t-elle confié. Cette personne était un proche d'un candidat à la commission scolaire de la Capitale. Seriez-vous allée voter sinon? «Je ne pense pas», a-t-elle avoué.

Jacques Maheux, président d'élection à la commission scolaire de la Capitale, en était à sa première élection scolaire, lui qui préside des scrutins provinciaux ou municipaux depuis 1982. Ce dernier insiste pour dire qu'il ne faut pas comparer «des pommes, des patates et des poires» quand vient le temps de parler du taux de participation pour l'élection des commissaires d'école.

Il souligne dans un premier temps que les candidats aux élections scolaires n'ont pas les budgets des partis politiques, qui redoublent d'effort pour faire sortir leur base électorale les jours de vote. «Les commissions scolaires ont des budgets limités. La question scolaire n'intéresse pas tout le monde», a-t-il aussi mentionné, sans trop s'avancer en sa qualité de président d'élection.

Chose certaine, le déploiement à 20 millions $ pour la tenue d'élections scolaires ressemble en tous points à un scrutin municipal ou provincial, a expliqué M. Maheux. Serait-il donc intéressant de tenir les élections scolaires le même jour qu'un scrutin municipal? Objectivement, il observe que des économies seraient possibles. Mais le vétéran président souligne que le message des candidats du milieu scolaire pourrait être noyé dans le discours des candidats à la mairie, ce qui ne serait pas un avantage d'un point de vue démocratique.

Le Directeur général des élections du Québec avait un budget de 700 000 $ pour faire sortir le vote cette année par divers moyens de communication. En comparaison, un scrutin municipal jouit d'environ 1,3 million $. Le montant augmente au provincial. Il n'était cependant pas possible de savoir combien du budget pour les élections scolaires a été dépensé. Le DGEQ a souligné avoir notamment réalisé des campagnes de publicité à la radio.

Note: les données ci-dessus ont été fournies par les présidents d'élection de chaque commission scolaire et peuvent contenir une légère marge d'erreur

«Pas de lien» avec la pertinence des commissions scolaires

Il n'y a aucun parallèle à faire entre la pertinence des commissions scolaires et le taux de participation famélique aux élections, soutiennent deux présidents élus dimanche soir.

«Il n'y a pas nécessairement de lien entre le taux de participation faible et l'importance des commissions scolaires. Vraiment pas!» a lancé René Dion, élu dimanche président de la commission scolaire des Premières-Seigneuries. «Il y en a qui ont décidé de faire un lien, mais moi, j'en vois pas!»

Même s'ils boudent massivement les urnes lors des élections scolaires, les parents sont majoritairement satisfaits des commissions scolaires, plaide René Dion. «J'ai travaillé dans 12 écoles différentes et c'est la même image que j'ai partout», dit-il. «Les commissions scolaires, elles sont au service de nos écoles pour assurer le meilleur service éducatif à nos élèves. Ce sont de grosses machines très bien rodées. C'est pour ça qu'on a de très bons résultats.»

Même discours de la part de François Caron, qui a décroché dimanche soir la présidence de la commission scolaire des Navigateurs. «On a eu une vraie élection, avec des gens près de l'éducation, qui s'y intéressent», insiste-t-il.

La faute à la CAQ

La participation très faible au scrutin est en partie la faute de la Coalition avenir Québec, selon lui. «Nous autres, à Lévis, sur la Rive-Sud, c'est la CAQ qui est majoritaire. Et nos élus provinciaux ont donné un mot d'ordre de ne pas voter. Alors ça, ce n'est pas aidant pour faire sortir le vote!»

Sur le terrain, les candidats commissaires ont ressenti cet appel au boycottage électoral, assure François Caron. «Je suis avec des gens qui se sont présentés dans différents districts, et en faisant le porte-à-porte, ils se sont fait dire : mais là, on nous dit de ne pas voter! On l'a ressenti cet effet...»

Des milliers d'électeurs intéressés et motivés se sont exprimés, fait-il valoir. «Les gens qui se sont déplacés pour venir voter, c'est quand même significatif.»

Un débat doit néanmoins avoir lieu sur les élections scolaires, admet François Caron. Mais pas sur l'existence de l'institution elle-même. «Les commissions scolaires, ce n'est pas un enjeu. Elles sont là pour rester. Elles peuvent bien changer de nom... Ce qui est vraiment en jeu, ce sont les élections scolaires.»

Bilan provincial incomplet

La Fédération des commissions scolaires du Québec a été prudente dans ses commentaires dimanche soir, en raison des résultats fragmentaires un peu partout en province. «Il est vraiment trop tôt pour tirer des conclusions», a indiqué tard en soirée l'attachée de presse de la Fédération, Caroline Lemieux. Les taux de participation étaient connus dimanche dans plusieurs commissions scolaires de Québec et de Montréal. Il manquait cependant plusieurs portraits en région. Aucune donnée provinciale n'a été fournie dimanche soir par le ministère de l'Éducation, responsable de la compilation des résultats pour l'ensemble des 69 commissions scolaires. «Montréal et Québec sont vraiment les deux régions en 2007 qui ont tiré le taux de participation vers le bas. C'est pour ça que nous, on ne se fiera pas là-dessus. Il y a beaucoup de régions où c'était 15 ou 20 %. On veut donc être très prudent par rapport à ça», a conclu Caroline Lemieux de la Fédération des commissions scolaires.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer