Des garderies ouvertes malgré la grève

Des responsables de service de garde en milieu... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Des responsables de service de garde en milieu familial ont manifesté lundi devant l'Assemblée nationale. D'autres journées de grève sont prévues si aucun progrès n'est réalisé à la table de négociation.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Certaines garderies en milieu familial de la région de Québec ont décidé d'ouvrir leurs portes, lundi, malgré la grève nationale décrétée par la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ).

Cinq responsables de services de garde en milieu familial ont confirmé au Soleil avoir accueilli des enfants comme à l'habitude lundi matin. Ces éducatrices, désireuses de rester discrètes, ont évoqué différentes raisons pour ne pas respecter la journée de grève nationale, moyen de pression dans le bras de fer opposant les éducatrices au gouvernement.

Deux d'entre elles plaident l'ouverture récente de leur service de garde. «Je viens d'ouvrir. Quand je vais avoir le temps d'aviser les parents, je vais participer», assure France, désireuse de ne pas être une briseuse de grève. «Je viens de commencer et je ne connais pas encore les règles et pourquoi il y a une grève», explique quant à elle une autre éducatrice, Saliha.

D'autres responsables de garderies semblent mal à l'aise avec l'idée de mêler les parents aux négociations. «Ce n'est pas parce que je ne suis pas d'accord avec le moyen de pression. C'est personnel, mais c'est pour ne pas mettre les parents dans l'embarras», affirme une d'entre elles pour justifier sa décision d'ouvrir malgré la journée de grève.

Manifs à Québec et à Montréal

La journée de grève nationale survenait après une série de grèves régionales ces dernières semaines. Des manifestations avaient lieu lundi après-midi devant l'Assemblée nationale et les bureaux montréalais de Philippe Couillard.

Les négociations piétinent depuis plus d'un an entre Québec et les responsables de services de garde, qui réclament d'être payées pour les 50 heures qu'elles travaillent par semaine, plutôt que les 35 heures reconnues par le gouvernement. Une nouvelle rencontre de négociation est prévue demain. D'autres journées de grève sont prévues si aucun progrès n'est réalisé à la table de négociation.  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer