Achat de livres: Bolduc défié par des commissions scolaires

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Des commissions scolaires de la région de Québec défient le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, en refusant de rétablir le budget d'achats de livres à la hauteur de ce qu'il était l'an passé.

C'est le cas à la commission scolaire des Premières-Seigneuries, qui a réduit son budget d'achats de livres de 50 % cette année comparé à l'an dernier en raison des compressions budgétaires imposées par Québec.

«On considère qu'on a investi beaucoup dans les dernières années, et plus que ce qu'on nous demandait, alors pour cette année, on a établi nos priorités différemment», affirme son secrétaire général, Jean-François Parent. Au cours des quatre dernières années, la commission scolaire a investi 213 000 $ de plus que ce que le ministère de l'Éducation exigeait pour acquérir des bouquins, fait-il valoir.

À la suite d'une controverse entourant les coupes dans l'achat de livres scolaires, le ministre Bolduc a fait marche arrière en exigeant des commissions scolaires qu'elles rétablissent les budgets d'achats de livres, ce qui implique de modifier le budget déjà adopté.

Mais le mot d'ordre ne sera pas suivi par tous. À la commission scolaire des Découvreurs, où les sommes consacrées à l'achat de livres ont été réduites de 65 %, on ne prévoit pas corriger le tir comme le demande le ministre. «À moins d'un évènement extraordinaire, il n'y aura pas plus d'achats de livres que ce qui était prévu», affirme son président, Alain Fortier. «Ce n'était tellement pas une priorité», laisse-t-il tomber.

Du côté de la commission scolaire de la Capitale, la présidente, Murielle Gingras, indique que le budget d'achat de livres pourrait aussi «être réduit comme un peu partout ailleurs», mais que la situation variera d'une école à l'autre. Sur la Rive-Sud, à la commission scolaire des Navigateurs, le président Léopold Castonguay indique toutefois que la directive du ministre Bolduc sera suivie, même si «on n'applaudit pas parce qu'il faut réaménager ailleurs».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer