Exclusif

Effort record de 172 millions $ réclamé aux universités

Des sources dans le réseau universitaire affirment que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des sources dans le réseau universitaire affirment que ces compressions «font très, très mal». Depuis plusieurs années, les universités québécoises - dont l'Université Laval - réclament de l'argent supplémentaire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Québec impose des compressions records aux universités québécoises, qui criaient déjà famine depuis des années.

Le Soleil a obtenu copie des orientations budgétaires et du calcul des subventions de financement pour l'année 2014-2015, deux documents qui ont été transmis aux universités le 3 septembre par le ministère de l'Enseignement supérieur. On peut y lire que «l'effort budgétaire» exigé par Québec est de 172 millions $.

Il s'agit d'une somme supérieure aux 123 millions $ de coupes imposées deux années de suite par le précédent gouvernement, un geste qui avait été vivement dénoncé par les recteurs. Cette fois-ci, dans le réseau universitaire, on affirme qu'il s'agit des plus importantes compressions jamais imposées aux universités québécoises.

Mais ce n'est pas tout. Aux yeux de certains joueurs du réseau universitaire, le manque à gagner pourrait être beaucoup plus grand. Selon une de nos sources, il pourrait même s'élever jusqu'à 380 millions $, notamment parce que l'augmentation du budget total des universités est de 1,4 % (de 2,87 milliards $ en 2013-2014 à 2,91 milliards en 2014-2015), une hausse qui ne permet pas de couvrir les coûts de système ni même l'augmentation du nombre d'étudiants. Cette interprétation des chiffres ne fait toutefois pas consensus. Plusieurs s'entendent pour dire que les sommes disponibles ne permettent pas de respecter la formule de financement en vigueur.

De plus, sur les 140 millions $ promis en réinvestissement pour 2014-2015 par le gouvernement Marois à l'issue du Sommet sur l'enseignement supérieur, il ne reste que 21,5 millions $ rattachés à du financement spécifique, peut-on lire dans les orientations budgétaires.

«Effort» additionnel

Les recteurs ont appris en juin que le réinvestissement promis ne serait pas au rendez-vous. Certains établissements avaient toutefois prévu ce coup de pouce additionnel dans leur budget, adopté en avril, indique-t-on. C'est aussi à ce moment que les universités ont appris qu'on leur demandait un «effort budgétaire» additionnel, qui s'ajoute aux compressions exigées au cours des deux dernières années. Plutôt que de procéder à une nouvelle coupe «paramétrique», il a alors été convenu avec les universités d'abolir certaines enveloppes spécifiques.

Résultat : sur les compressions de 172 millions $, 123 millions $ correspondent aux compressions exigées au cours des deux dernières années par le gouvernement Marois, qui sont récurrentes. À cette somme s'ajoute une coupe de 31 millions $ dans des enveloppes spécifiques, comme celle pour le soutien à l'insertion professionnelle des étudiants qui disparaît. Québec exige par ailleurs, comme dans l'ensemble de l'appareil gouvernemental, des gains de productivité de 2 % dans la masse salariale et de 3 % dans les dépenses de fonctionnement, ce qui représente 11 millions $ pour les universités québécoises. Ces dernières doivent aussi composer avec une coupe de 6,5 millions $ liée à la loi 100 qui leur impose des réductions de 10 % de leurs dépenses administratives. 

Nos sources dans le réseau universitaire s'entendent pour dire que ces compressions «font très, très mal» et que l'équilibre budgétaire déjà précaire est sérieusement menacé dans plusieurs établissements. Toutes les personnes contactées ont refusé de commenter publiquement ces chiffres.

Depuis plusieurs années déjà, les universités québécoises réclament de l'argent supplémentaire, affirmant être sous-financées à la hauteur de 850 millions $ comparé aux autres universités dans le reste du Canada. En campagne électorale ce printemps, le chef libéral Philippe Couillard avait dit reconnaître l'existence du sous-financement et la nécessité de trouver de nouvelles sources de revenu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer