Exclusif

Microsoft gâte les cégépiens de Limoilou avec une suite Office gratuite

Dès cette semaine, les étudiants du Cégep Limoilou... (Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Dès cette semaine, les étudiants du Cégep Limoilou pourront utiliser gratuitement la suite Office 365, d'une valeur d'environ 100 $.

Photo Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Microsoft fait de l'oeil aux cégépiens, qui reprennent demain le chemin des classes dans plusieurs collèges. Grâce à une entente avec le réseau collégial, des cégeps offriront gratuitement cet automne les logiciels de la suite Office à leurs étudiants. À Québec, le Cégep Limoilou est le premier à emboîter le pas.

Microsoft est depuis longtemps bien présent dans les cégeps de la province, par l'intermédiaire de la licence Microsoft Campus, destinée aux établissements d'enseignement. Or il y a quelques mois, Microsoft a bonifié son offre, ce qui permet maintenant à plusieurs cégeps d'offrir gratuitement des services de la multinationale à leurs étudiants.

Dans la région, le Cégep Limoilou a réussi à mettre en place l'infrastructure informatique requise pour la rentrée. Dès cette semaine, tous leurs étudiants pourront utiliser gratuitement la suite Office 365, d'une valeur d'environ 100 $, à laquelle ils auront accès à partir de n'importe quel poste de travail (en version infonuagique) grâce à un mot de passe fourni par le cégep. De l'espace de stockage en ligne d'un téraoctet est aussi offert, toujours gratuitement.

«Les autres cégeps devraient tous emboîter le pas, on a juste été un peu plus vite que les autres», affirme Russel Pearson, directeur des systèmes et des technologies de l'information au Cégep Limoilou.

Ce dernier reconnaît qu'il s'agit «clairement» d'une opération de marketing de la part de la multinationale «qui sent la compétition avec les Google de ce monde». Mais il se réjouit du même souffle des avantages qui seront offerts aux étudiants. «Pour nous, c'est un jalon. Une fois qu'on a bonifié notre offre, on ne recule jamais. On peut s'attendre à ce que les compétiteurs offrent plus aussi.»

Cette entente avec Microsoft a été négociée par l'intermédiaire de la Vitrine technologie-éducation, un organisme à but non lucratif qui pilote des achats regroupés pour le réseau collégial. Il a toutefois été impossible la semaine dernière de savoir combien de cégeps offrent pour la rentrée les produits de Microsoft à leurs étudiants, mais le Cégep Ahuntsic à Montréal le fait déjà depuis l'an dernier, indique Christophe Reverd, conseiller technopédagogique à la Vitrine technologie-éducation.

Le «rebelle»

Mais tous les cégeps n'ont pas la même approche. Le Cégep de Rimouski, par exemple, est considéré comme «le rebelle parmi les rebelles», puisqu'il a préféré opter massivement pour les logiciels libres, affirme M. Reverd.

Le virage s'est amorcé il y a quelques années, au moment où le Cégep devait renouveler ses licences Microsoft, ce qui lui aurait coûté environ 100 000 $. L'établissement s'est donc tourné vers les logiciels libres, qui sont accessibles gratuitement. Contrairement aux logiciels propriétaires, leurs codes sources sont publics, ce qui permet à chacun de les améliorer.

Présentement, 85 % des logiciels utilisés par les employés et les étudiants sont des logiciels libres, indique Claire Bérubé, porte-parole du Cégep de Rimouski.

À la Fédération des cégeps, on affirme toutefois que les logiciels de Microsoft répondent à une réalité du marché du travail. «Les employeurs nous disent qu'ils veulent qu'on forme les étudiants sur PC», affirme sa porte-parole, Judith Laurier.

***

Une stratégie de «dealer de drogues»

Ardent militant pour l'implantation du logiciel libre, le professeur Daniel Pascot trouve «scandaleux» que des cégeps relaient la promotion de Microsoft auprès de leurs étudiants. M. Pascot, qui est professeur au Département des systèmes d'information organisationnels de l'Université Laval, ne s'étonne pas de la stratégie adoptée par le géant de l'informatique: «C'est un peu la stratégie du dealer de drogues. On vous donne le produit gratuitement pour que vous ne puissiez plus vous en passer et, par la suite, il devient payant.» Il s'offusque plutôt du pas que viennent de franchir les collèges. «Que les cégeps relaient la promotion d'un fournisseur, c'est inacceptable, c'est un scandale», lance-t-il.

Le président de l'Association pour le développement technologique en éducation, Pierre Cohen-Bacrie, est plus nuancé, même si son organisation vise le développement des logiciels libres. Ce dernier reconnaît qu'il peut s'agir «d'une offre intéressante pour les étudiants». Mais le plus important est de savoir si les cégeps renouvelleront leur licence Microsoft Campus, qui arrivera à échéance l'an prochain dans plusieurs établissements, ajoute-t-il. Cet automne, l'Association fera parvenir aux collèges un sondage afin de savoir quelle place ils sont prêts à faire au logiciel libre.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer