Exclusif

Financement des universités: des versions contradictoires

Selon le recteur Denis Brière, le sous-ministre adjoint... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Selon le recteur Denis Brière, le sous-ministre adjoint à l'Enseignement supérieur aurait confirmé que les compressions imposées à l'ensemble du réseau universitaire pour les années 2012-2013 ainsi que 2013-2014, soit 250 millions $ au total, étaient récurrentes.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, persiste et signe : selon lui, Québec sabrera encore une fois l'an prochain les subventions accordées aux universités. Une information aussitôt démentie par le ministère de l'Enseignement supérieur, qui répète que les établissements auront plutôt droit à un réinvestissement.

C'est lors d'une rencontre entre le sous-ministre adjoint à l'Enseignement supérieur, Pierre Boutet, et les vice-recteurs aux études et aux activités internationales du réseau tenue vendredi dernier que le chat serait sorti du sac. 

Selon Denis Brière, M. Boutet aurait alors confirmé que les compressions imposées à l'ensemble du réseau pour les années 2012-2013 ainsi que 2013-2014, soit 250 millions $ au total, étaient récurrentes. «La confusion n'existe plus [...] On dit qu'il va y avoir de nouvelles coupures et qu'elles ne seront pas limitées tel qu'entendu lors du sommet», soutient M. Brière. 

Il croit ainsi que le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, fait erreur lorsqu'il affirme que 262 millions $ supplémentaires, correspondant à 8 % du budget, seront investis l'an prochain, faisant ainsi passer l'enveloppe de 3,1 à 3,3 milliards $. 

Le recteur de l'Université Laval arrive à un tout autre calcul. «Si les compressions sont récurrentes, le réinvestissement est de l'ordre de 1,1 %», avance Denis Brière. «Nous, on considère que ce n'est pas un réinvestissement parce que ça représente à peu près une augmentation de l'indice des prix à la consommation», dénonce-t-il, ajoutant que le «définancement» des universités se poursuit.

M. Brière exhorte une nouvelle fois le ministère de l'Enseignement supérieur à clarifier la situation alors que la direction de son établissement tente de rédiger son budget. La semaine dernière, il avait fait une sortie similaire dans les médias.

L'attaché de presse du ministre, Joël Bouchard, avait alors assuré qu'il n'était pas question de nouvelles compressions et que celles des deux derniers exercices financiers ne seraient pas reconduites. Lundi, le Ministère a transmis un communiqué annonçant même une hausse du financement jusqu'en 2018-2019 totalisant 800 millions $. Mardi, M. Bouchard a signifié qu'il n'avait rien de plus à ajouter, puisque le Ministère a déjà exposé à plusieurs reprises ses intentions et qu'il n'est aucunement question de compressions.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer