Exclusif

Québec s'attaque au drame de l'analphabétisme

Marie Malavoy promet d'aborder l'enjeu de la cohabitation...

Agrandir

Marie Malavoy promet d'aborder l'enjeu de la cohabitation «difficile» entre les jeunes qui ont quitté les bancs d'école pour faire un retour «aux adultes» et ceux, plus âgés, qui ont déjà des responsabilités.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), Marie Malavoy, s'attaquera au «drame de l'analphabétisme» au Québec dans sa politique nationale d'éducation des adultes qui doit être dévoilée à l'automne 2014.

«Écoutez, il n'y a pas loin d'un million d'analphabètes fonctionnels au Québec, c'est-à-dire des gens qui ont du mal à lire un vrai texte», se désole la ministre, questionnée à ce sujet la semaine dernière en marge d'une annonce sur la culture à l'école. Elle explique que dans bien des cas, les compétences de littératie et de numératie ont été acquises, mais malheureusement perdues au fil du temps.

«C'est un drame, l'analphabétisme!» s'exclame celle qui a décidé de prendre le taureau par les cornes en insérant la problématique, qui touche près de 50 % de la population, dans sa future politique nationale d'éducation des adultes et de formation continue plutôt que d'en faire une législation distincte.

«J'en prends large parce que l'alphabétisation, c'est les gens qui ont besoin de retrouver des habiletés de base», explique Mme Malavoy, dont le Ministère a récemment accordé un contrat de 80 000 $ à une experte de l'éducation aux adultes, Andrée Racine, pour collaborer à l'élaboration de la politique promise lors de la campagne électorale. Le document ainsi qu'un plan d'action doivent être dévoilés à l'automne 2014.

Selon la ministre, il était «plus que temps» de mettre à jour la politique, puisque la dernière date de 2002 et la réalité s'est passablement transformée depuis. «Il faut essayer de la penser pour qu'elle dure, il faut essayer de comprendre les enjeux actuels, mais aussi d'avoir une capacité un peu prospective», souligne-t-elle, ajoutant notamment qu'il est essentiel qu'elle intègre l'utilisation des nouvelles technologies et des communications.

Les adultes doivent désormais apprendre toute leur vie, renchérit-elle, puisque la qualité de la main-d'oeuvre est, selon Marie Malavoy, «la seule façon de se maintenir à flot au Québec dans le domaine de l'économie compte tenu des rivalités mondiales que l'on connaît».

La ministre promet de mener un «important processus de consultation» et d'impliquer tous les ministères concernés, comme celui de l'Emploi et de la Solidarité sociale, de l'Immigration et des Communautés culturelles et aussi celui responsable des aînés. Elle explique également que plusieurs enjeux déjà portés à son attention seront abordés, comme celui de la cohabitation «difficile» entre les jeunes qui ont quitté les bancs d'école pour faire un retour «aux adultes» et ceux, plus âgés, qui ont déjà des responsabilités.

Une réalité mal comprise

Pour le professeur à l'Université du Québec à Montréal et ex-président du Conseil international de l'éducation des adultes, Paul Bélanger, il y a des nuances importances à faire lorsque l'on évoque les taux catastrophiques d'analphabétisme au Québec.

«Ce n'est pas que les gens sont plus analphabètes qu'avant! C'est que, tout d'un coup, on arrive dans une société où l'environnement lettré est de plus en plus intensif», rectifie-t-il, citant en exemple l'utilisation d'Internet pour l'obtention de divers services gouvernementaux ou pour recueillir des informations après une visite chez le médecin, en raison de la diminution générale du temps que les professionnels de la santé consacrent aux patients. De plus, les travailleurs habitués à effectuer un boulot en usine doivent désormais composer avec des équipements plus sophistiqués qui demandent d'effectuer des calculs ou de suivre des instructions écrites.

La plus récente enquête sur le sujet menée par l'Organisation de coopération et de développement économiques, le Programme pour l'évaluation internationale des compétences des adultes, a d'ailleurs défini cette nouvelle compétence, qui constitue en la «capacité de solution de problème dans un contexte à haute teneur technologique».

Selon M. Bélanger, la nouvelle politique d'éducation aux adultes doit absolument en tenir compte pour s'assurer que les Québécois aient accès à un «rafraîchissement de leurs connaissances» tout au long de leur vie, et ce, non seulement au travail, mais également à l'extérieur du boulot en ramenant les cours d'éducation populaire qui étaient dispensés jusqu'au milieu des années 80.

*****************

L'accessibilité, un enjeu important

La présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), Josée Bouchard, espère que la nouvelle politique d'éducation aux adultes s'attaquera au problème de la formation professionnelle non disponible à temps partiel.

Selon Mme Bouchard, un trop grand nombre d'adultes se voient contraints d'abandonner leur projet de retourner sur les bancs d'école pour des raisons financières puisqu'ils ne peuvent pas se permettre de quitter leur boulot à temps plein. Mme Bouchard juge aussi que l'enveloppe accordée à l'éducation aux adultes ne doit plus être fermée puisqu'à l'heure actuelle, beaucoup de personnes sont inscrites sur les listes d'attente faute de places disponibles. C'est notamment le cas pour ceux qui veulent suivre les cours de francisation offerts dans les commissions scolaires, explique-t-elle.

Elle estime par ailleurs «extrêmement intéressante» l'idée de Marie Malavoy d'inscrire la problématique de l'analphabétisme dans la politique. «Plus on maîtrise notre langue maternelle, plus on est enclin à évoluer dans notre profession», fait valoir Mme Bouchard. Cette dernière dit finalement espérer que la nouvelle politique incorpore les éléments de la réforme de l'éducation puisque les services d'éducation aux adultes n'en ont jamais bénéficié.

*******************

«Il y a encore beaucoup d'efforts à faire»

La volonté de Marie Malavoy de s'attaquer à l'analphabétisme a été reçue positivement au Collège Frontière, l'un des plus importants organismes d'alphabétisation au pays. L'organisation pancanadienne possède une école à l'Université Laval, notamment.

Mélanie Valcin, gestionnaire du Québec pour le Collège, s'est dite «heureuse de savoir que la ministre travaille sur une nouvelle politique. Et surtout de savoir que ça va sortir l'année prochaine». Le milieu, a-t-elle dit, attendait avec impatience que du concret se pointe à l'horizon. «Mais je vais vraiment me réjouir quand je vais voir une politique adaptée aux besoins des gens qui ont besoin de soutien», a-t-elle nuancé. «Il y a encore beaucoup d'efforts à faire.» Elle a dit trouver «intéressant» de voir la ministre s'intéresser aux nouvelles technologies, mais encore faut-il «voir comment elles seront intégrées».

Mme Valcin verrait d'un bon oeil que la ministre s'inspire du plus récent rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques sur l'analphabétisme, qui arrivait presque au même constat que les études québécoises, soit que la moitié des adultes étaient des analphabètes fonctionnels. «Et c'est sans compter les plus de 65 ans.»

Partager

À lire aussi

  • Lire, écrire, compter... s'affirmer!<strong></strong>

    Tableau d'honneur

    Lire, écrire, compter... s'affirmer!

    Près de la moitié des adultes ne savent pas lire au Québec, alertait dernièrement le Conseil supérieur de l'éducation, préoccupé par le faible taux... »

  • Brigitte Breton | Chouette, vous savez lire

    Éditoriaux

    Chouette, vous savez lire

    Près de la moitié des Québécois âgés entre 16 et 65 ans éprouvent de grandes difficultés à lire et à comprendre des consignes simples, rappelait... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer