La «classe inversée»: le pari d'enseigner à l'envers

Éric Tremblay, professeur de sixième année de l'école... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Éric Tremblay, professeur de sixième année de l'école Alexander-Wolff à Shannon, utilise le concept de classe inversée en mathématiques.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La théorie à la maison, les devoirs et les exercices à l'école. Voilà ce que suggère la «classe inversée», un modèle pédagogique qui gagne en popularité dans les cégeps québécois et qui a même fait son chemin dans une école primaire de la région de Québec.

Assise devant l'ordinateur familial dans la petite pièce adjacente à la cuisine, Alyss-Ann Moisan, 11 ans, regarde la capsule du jour en mathématiques. Éric Tremblay, son professeur de sixième année de l'école Alexander-Wolff à Shannon, explique le concept d'«unité». Derrière lui, un tableau qui lui sert à donner des exemples. C'est exactement comme s'il était devant sa classe, mais il est plutôt devant une caméra. C'est sa collègue et voisine dans la vie, Karine Riley, qui filme.

La petite vidéo ne dure que quelques minutes. Après l'avoir visionnée, Alyss-Ann se rend sur le blogue du site Internet de monsieur Éric. Comme ses collègues de classe, l'élève doit résumer en une phrase ou deux ce qu'elle a compris, ou à l'inverse, ce qui ne lui semble pas clair. «Le matin, je lis tout ce qui a été écrit. Je me rends compte de ce qui est trop facile ou trop compliqué. Je peux transformer mon geste d'enseignant», explique ce professeur de 32 ans qui enseigne depuis une dizaine d'années.

Il ajustera ainsi les exercices et les projets qu'il développera en classe en fonction de la théorie vue la veille par ses élèves. Cette méthode, il l'utilise en français et en mathématiques, deux matières qui s'y prêtent bien selon lui et madame Karine, qui travaillent ensemble en classe inversée. Ils estiment que pour voir l'ensemble de la matière, ils auront besoin de 120 à 140 capsules. Pour chacune d'entre elles, le travail est colossal. Cela leur prend un minimum d'une heure.

Mais le jeu en vaut la chandelle, assurent les deux profs à la fine pointe de la technologie. D'abord, ils n'auront pas nécessairement besoin de refaire toutes les capsules chaque année. Puis, la classe inversée leur fait gagner beaucoup de temps. Puisque, plutôt que de donner un cours magistral devant les élèves, les enseignants les accompagnent au moment crucial, soit celui de vérifier si la matière a été assimilée grâce à du travail fait en classe, fait valoir madame Karine. «C'est de l'enseignement individualisé. On fait du un pour un», renchérit-elle.

Des élèves assidus

Autre élément positif : depuis qu'ils ont intégré les capsules théoriques à visionner à la maison, peu d'élèves omettent de faire leur travail, contrairement aux nombreuses fois que les devoirs ont été mangés par le chien ou que la troisième grand-mère est décédée. Monsieur Éric croit également que les parents sont beaucoup plus branchés sur ce que fait leur enfant en classe. «Ils peuvent s'asseoir et regarder la capsule avec eux», illustre-t-il. «Cela créé aussi un pont technologique», renchérit madame Karine, qui souligne que ce ne sont pas tous les adultes qui sont à l'aise sur Internet comme peuvent l'être leur progéniture.

Le père d'Alyss-Ann, Jean-François Moisan, voit d'un bon oeil la méthode pédagogique employée par monsieur Éric et madame Karine. «Je trouve que ça implique beaucoup plus les jeunes et ça les responsabilise», fait valoir cet enseignant de cinquième secondaire. Sa conjointe, Katie Lamontagne, est quant à elle professeure à l'école Alexander-Wolff. Elle admet que dans les corridors de l'établissement, l'initiative de classe inversée fait beaucoup jaser. Certains collègues sont récalcitrants, alors que d'autres sont curieux et cherchent à en savoir plus dans l'idée d'éventuellement adopter cette pédagogie.

Mme Lamontagne reconnaît quant à elle avoir «un peu peur» de chambouler complètement ses méthodes de travail. «C'est peut-être la confiance», avance celle qui trouve cependant «génial» ce que font Éric et Karine. L'enseignante voit aussi que sa fille, réservée et timide, est très motivée. «C'est très pratique pouvoir poser des questions sur le blogue», souligne d'ailleurs la principale intéressée. «Elle est bien et pour moi, ça compte beaucoup», ajoute Mme Lamontagne.

Les enfants rencontrés en classe cette semaine semblent aussi avoir le même enthousiasme que leurs enseignants. «Je regarde mes capsules le soir et je trouve ça pratique parce que si je ne comprends pas quelque chose, je peux les réécouter», explique Ludovic Turgeon-Arsenault. «Moi, ça me fait aimer plus l'école», affirme sans détour Michaël Rogers. Selon lui, un autre avantage est celui d'avoir son prof partout avec lui grâce au téléphone intelligent que lui prête sa mère et sur lequel il visionne parfois ses leçons. «Ça sauve du temps; quand Éric voit qu'on a des questions sur le site, il répond le lendemain», ajoute de son côté Camille L'Italien. «C'est vraiment comme si on avait l'école à la maison», résume Michaël.

**************

Un pionnier

Au milieu des années 90, un physicien néerlandais, Eric Mazur, s'est rendu compte que ses élèves apprenaient leurs leçons de manière superficielle. S'ils réussissaient leurs examens avec brio, à l'inverse, ils étaient incapables de «raisonner» la matière. Il a donc décidé de revoir sa façon d'enseigner et de distribuer ses notes de cours avant ceux-ci. Désormais, le temps en classe serait consacré à l'application et à l'approfondissement de la théorie. L'idée fera du millage puisque les notes manuscrites ont laissé leur place à des capsules vidéo mises en ligne sur Internet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer