La science du thon rouge de Rimouski à Abu Dhabi

Olivier Cloutier, étudiant à l'école Paul-Hubert de Rimouski,... (Photo collaboration spéciale Carl Thériault)

Agrandir

Olivier Cloutier, étudiant à l'école Paul-Hubert de Rimouski, sera l'un des représentants du Canada à l'Expo-sciences internationale à Abu Dhabi.

Photo collaboration spéciale Carl Thériault

Partager

Carl Thériault

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) C'est en disséquant un poisson en première année du secondaire à son école que Olivier Cloutier a développé une double passion pour la recherche en biologie marine et la médecine.

Un geste qui amènera ce jeune élève de 16 ans de l'école secondaire Paul-Hubert de Rimouski à représenter le Canada à l'Expo-sciences internationale du 13 au 19 septembre à Abu Dhabi aux Émirats arabes unis.

«Je suis passionné par la recherche sur la biologie marine et développement des poissons. Mais j'hésite entre étudier en biologie marine pour avoir éventuellement mon laboratoire de recherche sur le thon rouge et la médecine en tant que chirurgien...»

Son projet, présenté à Expo-sciences Hydro-Québec et intitulé Autopsie d'une extinction, a consisté à étudier la croissance des jeunes thons rouges, une espèce dont les stocks naturels chutent radicalement et qui connaît de graves problèmes en aquaculture. L'étudiant de 5e secondaire a trouvé une vingtaine de causes de malformations de ce poisson menacé d'extinction à cause de la surpêche.

«Les méthodes actuelles font en sorte qu'il se perd 99,9 % des thons en aquaculture. Je me suis posé la question sur les causes de ces modalités. Cette année, sur six millions d'oeufs en aquaculture dans le monde, seulement 30 spécimens ont survécu. Si on réussit à élever du thon rouge de façon fonctionnelle avec moins de mortalité, il y aura moins de pression de pêche et l'espèce pourra survivre à une extinction inévitable d'ici quelques années. Gagner 1 % ou 2 % en aquaculture, ce sera déjà beaucoup.»

Les résultats obtenus par Olivier Cloutier ont attiré l'attention scientifiques. Il se rendra en Espagne pour présenter ses expériences devant des chercheurs séniors dans le cadre d'un congrès. «Je veux continuer ma recherche sur le thon rouge qui a commencé en avril 2012. Un centre d'élevage en Espagne m'a envoyé environ un millier de spécimens à analyser. Je travaille avec le laboratoire en biologie évolutive de l'Université du Québec à Rimouski. Pour ce qui est du congrès, c'est l'un des plus importants en aquaculture au monde.»

Médaille d'argent

Le jeune Rimouskois a décroché une médaille d'argent lors de la Super Expo-Sciences Hydro-Québec en avril à Saguenay. Il participera à l'Expo-Sciences pancanadienne qui se tiendra du 11 au 18 mai à l'Université Lethbridge, en Alberta. Il a du travail pour les deux prochains étés grâce à une bourse de recherche de 10 000 $ de l'Université d'Ottawa.

Olivier aime vraiment les poissons. Il a aussi effectué des recherches sur la truite arc-en-ciel, le flétan du Groenland et sur les problèmes qui amènent de 60 % à 80 % des flétans en aquaculture à mourir après 41 jours.

Il entreprendra des études en sciences à l'automne 2013 en espérant décrocher une bourse internationale pour deux ans en Angleterre.

À Abu Dhabi, il sera de la délégation canadienne en compagnie d'une vingtaine de camarades dont quatre Québécois, Kamille Leclerc, Lina Bensaidane et David Drouin des régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches et Marc-Antoine Georgiev de la Montérégie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer