Malavoy encourage une hausse des taxes scolaires

La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) La ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, encourage les commissions scolaires à hausser les taxes des contribuables pour atténuer l'effet des compressions qu'elle leur refile.

Les commissions scolaires ont dénoncé mardi le «traitement de faveur» que Québec octroie aux universités, qui auront droit à des «mesures d'assouplissement» leur permettant de composer plus facilement avec un déficit causé par des compressions de 250 millions $ sur deux ans.

Or les commissions scolaires doivent elles aussi jongler avec des coupes, qui représentent 200 millions $ pour la prochaine année scolaire, alors que près de la moitié d'entre elles sont déjà en déficit.

«Marge de manoeuvre»

La ministre Malavoy a répliqué mercredi en affirmant qu'il ne faut pas comparer les commissions scolaires aux universités, qui n'ont pas la même marge de manoeuvre. «Les commissions scolaires sont un palier de gouvernement régional en ce qui concerne l'éducation. Elles ont, ce que n'ont pas du tout les universités, un pouvoir de taxation», a-t-elle d'abord précisé.

«Vous savez d'ailleurs qu'une des pistes que l'on a demandée, c'est que mettant fin à une aide additionnelle qui permet de garder un taux de taxation beaucoup plus bas que ce que la loi permettrait, on a dit aux commissions scolaires vous avez là un espace dont vous pouvez éventuellement vous servir si vous devez absorber une part de coupe dans notre aide additionnelle», a-t-elle ajouté.

Mme Malavoy estime que les commissions scolaires ont donc une «marge de manoeuvre» et les invite à utiliser ce pouvoir de taxation. «Si vous payez actuellement 0,21 $ [pour chaque] 100 $ d'évaluation pour votre propriété et que la loi permet [un maximum de] 0,35 $, on dit aux commissions scolaires vous pourriez choisir augmenter de quelques sous et vous iriez chercher de l'argent neuf. Il n'y a pas de raisons que ce soit tout le Québec qui paie pour que vous gardiez un taux de taxation plus bas que ce que la loi permet.»

Mme Malavoy a par ailleurs précisé qu'en plus de pouvoir demander un effort additionnel aux citoyens, les commissions scolaires peuvent aussi choisir de réduire leurs dépenses.

Avec la collaboration de Michel Corbeil

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer