Les jeunes péquistes lutteront en faveur d'un gel

La première ministre Pauline Marois a fait savoir l'automne... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La première ministre Pauline Marois a fait savoir l'automne dernier que le scénario privilégié par son gouvernement est celui de l'indexation.

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Les jeunes péquistes lutteront en fin de semaine en faveur d'un gel - et même d'une régression- des droits de scolarité contre l'indexation proposée par le gouvernement Marois.

Déjà pris en étau entre les positions des uns et des autres au Sommet de l'enseignement supérieur, le ministre Pierre Duchesne devra maintenant composer avec des pressions de l'intérieur.

Dans un mémoire qui sera déposé au Sommet, l'aile jeunesse du Parti québécois (PQ) endosse «un gel complet des frais de scolarité». Elle souhaite que le gel soit maintenu jusqu'à ce que le Québec diplôme autant d'étudiants que la moyenne canadienne. Ensuite, «à l'atteinte de cet objectif, mettre en place une politique de régression des frais de scolarité [...] jusqu'à l'atteinte de la gratuité scolaire». Le mémoire, obtenu par Le Soleil, plaide aussi en faveur d'une aide financière plus généreuse pour les étudiants.

Un conseil national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) s'ouvrira ce soir à Drummondville. Il sera suivi demain et dimanche d'un conseil national du PQ auquel participeront quelque 400 délégués. Tout indique que les jeunes arriveront sur le parquet du conseil «senior» avec une résolution d'urgence demandant au gouvernement péquiste d'opter pour le gel dans une perspective de gratuité.

La première ministre Pauline Marois a fait savoir l'automne dernier que le scénario privilégié par son gouvernement est celui de l'indexation. Mais les fédérations étudiantes universitaires et collégiales (FEUQ et FECQ) ont des positions qui vont dans le même sens de celle des jeunes péquistes. D'autres alliés naturels du PQ, comme la Centrale des syndicats nationaux, sont du même avis.

Résolution à adopter

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante, qui représente quelque 70 000 membres, exige que la gratuité soit envisagée au Sommet, sous peine de bouder l'exercice.

Jeudi, nos interlocuteurs s'entendaient pour dire que les jeunes péquistes devraient adopter sans problème la résolution favorable au gel à l'occasion de leur conseil. Toutefois, la partie serait loin d'être gagnée pour le conseil national «senior». Plusieurs doutent que les appuis soient suffisants pour que le parti fasse sienne la position des jeunes. Néanmoins, si tel était le cas, le gouvernement ne serait pas lié par la volonté des délégués. Mais il serait pris dans un inconfortable porte-à-faux avec son parti.

Le conseil national des jeunes du PQ célèbre cette année son 25e anniversaire d'existence. Des élections auront lieu pour pourvoir différents postes au sein de son exécutif.

Dans le cahier de propositions de ce CNJPQ, la région de Lanaudière demande à ce que «le PQ se positionne au centre», sans plus d'explications. La région des Laurentides veut que le droit de grève des étudiants soit protégé. Des jeunes de «Montréal-Ville» espèrent que le PQ élabore «une stratégie commune avec les autres partis souverainistes» pour la prochaine élection. Mais le président du parti, Raymond Archambault, a fermé la porte à cette éventualité dans Le Soleil cette semaine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer